DICTIONNAIRE MACRON-FRANÇAIS / E comme “Europe”

Photo/Flickr
Photo/Flickr

Macron a tout dit sur sa vision de l’Europe le 4 mars dernier, dans sa Lettre aux Européens, parue dans toute la presse européenne. Il a tout dit sur l’Europe… mais aussi et surtout sur lui-même.

Qu’apprend-on dans cette lettre? Que l’Europe est la solution à tous nos problèmes. Macron utilise la même technique d’évitement que Hollande, Sarkozy et Chirac avant lui: pour sauver la France, il faut d’abord réformer l’Europe, disent-ils. Ce qui leur permet de ne jamais avoir à résoudre en priorité les problèmes français.

Autre technique de ses prédécesseurs, dont il abuse: vous avez le choix entre l’Europe et la guerre mondiale, il n’y a pas de troisième solution. Le patriotisme est un repli identitaire qui mène à la haine qui mène au fascisme qui mène aux années 30. Air connu.

Et, troisième technique, il invente de nouvelles formes de bureaucratie supposées améliorer la bureaucratie bruxelloise. Et là, attention, car Manu le Complexe envoie du méga-lourd.

Dans sa lettre, il propose la création d’une “conférence pour l’Europe afin de proposer tous les changements nécessaires à notre projet politique”, d’un organisme de “supervision européenne des grandes plateformes” d’Internet, d’une “banque européenne du climat”, d’une “force sanitaire européenne”, d’un “traité de défense et de sécurité”, d’un “office européen de l’asile”, d’un “conseil européen de sécurité intérieure” et d’une “agence européenne de protection des démocraties”. Oui, vous avez bien lu! Macron propose aux Européens de créer pas moins de huit nouvelles usines à gaz bureaucratiques! Même Hollande sous stéroïdes n’aurait pas osé!

Il faut être sacrément idiot, ou fou, ou cynique, ou les trois en même temps, pour imaginer que le système de Bruxelles, déjà obèse jusqu’à la crise cardiaque, va devenir jeune et dynamique si on le gave avec huit nouvelles administrations transnationales! Demandez à mille experts des organisations, les mille vous répondront: il faut faire exactement le contraire.

Voilà Macron: un homme de gauche, un socialiste, un bureaucrate, un hyper-étatiste, une machine à multiplier les problèmes, les lois, les impôts, les taxes, et un bavard impénitent. Une des arnaques de la dernière élection présidentielle est qu’on nous a présenté le jeune Emmanuel comme un centriste, un modéré, un homme de dialogue, un en-même-temps monté sur ressorts. Macron a menti. C’est un Hollande maigre, en infiniment plus prétentieux.

Est-il permis de dire qu’il fait pire, oui, vraiment pire que l’amant de Julie Gayet? Le peuple français ne doit plus demander la permission.

 

 

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici