En hommage aux victimes du terrorisme: un bouquet de trous du [censuré]!

Photo/France 3 Régions
Photo/France 3 Régions

L’État voulait un monument aux victimes du terrorisme. Mais l’artiste Jeff Koons, le plus riche et le plus provocateur des créateurs contemporains, a livré à l’État français un étrange objet multicolore. Regardez-le. Le peuple et les meilleurs éditorialistes sont tous d’accord: il s’agit bel et bien d’un bouquet de trous du [placez ici le premier mot qui vous vient à l’esprit].

Sous Hollande, on avait eu le droit au buttplug géant Place Vendôme. Il avait légitimement fait scandale. Mais Hidalgo adore choquer le bourgeois, et elle avait ri quand le peuple, cet inculte, avait osé râler en voyant une des plus belles places au monde transformée en sex-shop gay.

Sous Macron, on a donc le bouquet de trous du [vous savez quoi]. C’est tout aussi lamentable esthétiquement, mais infiniment plus grave pour ce qui est du symbole. Car un monument à des victimes innocentes n’est pas un élément de décor pour partouzes jet-set. Il est fait pour témoigner, honorer, se souvenir, dans le recueillement et la dignité. Son sujet est la guerre, pas le fun.

Dans le Nouvel Obs, le philosophe Yves Michaud, qui parle d’un “bouquet de culipes”, pose des questions salutaires. “Tout est secret dans cette affaire. Qui a décidé quoi? Qui finance l’opération? Qui sont les commanditaires? Pour quels montants? Avec quelles contreparties? Quels sont les termes du contrat entre Koons et la ville ? Ce qu’on nous laisse apprendre de l’abandon (pour quelle durée?) des droits de Koons sur les images est inquiétant: cela signifie que l’œuvre est là pour des siècles sous la garde d’avocats pitbulls.”

Enlaidissement, arbitraire, opacité… Si l’on cherche une métaphore pour exprimer les choses élégamment, on dira que ce monument ressemble étrangement au Gouvernement qui l’a installé.

Source: Nouvel Obs

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici