Sauvagerie! Un Mahorais viole une baby-sitter sous la menace d’une machette et force les enfants à regarder

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Un homme originaire de Mayotte est actuellement jugé par la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine pour des faits de viol avec violences sous la menace d’une arme, commis sur une jeune femme qui gardait deux jeunes enfants à leur domicile de Rennes. Les enfants ont été frappés et ont été contraints d’assister au crime. Le verdict est attendu ce jeudi 10 octobre, l’homme encourt 20 ans de réclusion.

Les faits remontent au 8 février 2018, ce jour-là deux enfants de 8 et 10 ans font leurs devoirs à leur domicile au sein d’un quartier résidentiel de Rennes sous la surveillance d’une jeune femme embauchée comme baby-sitter par leurs parents.

On sonne à la porte. La jeune femme ouvre la porte et tombe nez à nez avec un colosse de type africain. Ce dernier lui demande un verre d’eau. Sans se méfier, la jeune femme se dirige vers la cuisine pour satisfaire la soif de l’inconnu.

C’est à ce moment-là que l’homme exhibe une machette qu’il avait préalablement dissimulée et se rue sur sa victime qui tente de s’échapper de la maison. Rattrapée dans la rue par son agresseur, elle est traînée de force à l’intérieur du domicile.

Là, le Mahorais la brutalisera, frappera à plusieurs reprises les enfants qui seront obligés de regarder avec effroi le criminel violer sauvagement leur baby-sitter sous la menace de son arme blanche.

Ce sont des ouvriers travaillant à proximité qui, entendant les cris de supplication de la victime, préviendront les forces de l’ordre. Arrivés rapidement sur les lieux, la police procédera à l’interpellation du barbare et permettra la prise en charge des victimes par les secours.

Le prévenu, incarcéré depuis le crime, comparaît actuellement devant la cour d’assises de Rennes. L’homme, arrivé de Mayotte peu avant les faits, était sans domicile fixe et présente un apparent retard intellectuel, mais il a été estimé responsable de ses actes par les experts.

Le verdict attendu aujourd’hui devrait être à la hauteur, on l’espère, de l’horreur et de la sauvagerie du crime commis. L’homme encourt 20 ans de réclusion criminelle, ce qui est déjà peu par rapport au traumatisme irréversible subi par les victimes.

Source: Le Télégramme

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici