Un policier de la brigade de nuit au tribunal de Bobigny se suicide avec son arme de service dans les locaux du tribunal

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Un officier de police de 33 ans s’est suicidé mercredi 9 octobre au dépôt de police du tribunal de grande instance de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Le policier, qui fait partie de la brigade de nuit, s’est donné la mort avec son arme de service vers 6h du matin, a indiqué le parquet de Bobigny.

L’Inspection générale de la police nationale a été saisie de l’enquête, a-t-il ajouté.

Ce suicide porte à 53 le nombre d’agents ayant mis fin à leurs jours depuis le début de l’année.

Ce fonctionnaire, célibataire et sans enfant, était membre depuis plusieurs années de la brigade de nuit. Il était notamment chargé “d’assurer les déplacements des détenus au sein du bâtiment“.

En septembre, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé la mise en place d’un nouveau numéro vert pour lutter contre les suicides dans la police.

Le 2 octobre 2019, l’ensemble des syndicats de police avaient appelé à une marche nationale de la colère, visant notamment à dénoncer les suicides dans la police. “Il faut redonner du sens au métier de policier. 52 suicides depuis le début de l’année, c’est dramatique et ça montre tout le malaise dans la profession. Il y en marre de la stigmatisation des policiers“, avait alors déclaré Philippe Capon, secrétaire général d’UNSA police.

Les suicides dans les forces de l’ordre représentent une véritable hécatombe. Depuis le début de l’année, 53 agents de la police nationale ont mis fin à leurs jours, un bilan déjà bien plus élevé qu’en 2018, année au cours de laquelle 35 fonctionnaires s’étaient suicidés.

Source: AFP/France Info

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici