Greta est-elle sacrée? Un entraîneur de foot italien viré pour blasphème contre Greta Thunberg

Illustration/anonyme Internet
Illustration/anonyme Internet

D’abord, ce fut le directeur du Palais de Tokyo, à Paris. Quelques heures plus tard, c’était l’entraîneur-adjoint de l’US Grossetto, club de football de quatrième division italienne. Même motif: un message bêtement agressif visant Greta Thunberg sur les réseaux sociaux. Même punition: le licenciement.

“Quelle pu[censuré]! Seize ans! Elle peut aller se faire fo[censuré]! Elle a l’âge!” Bien sûr, ce n’est pas d’une grande élégance. On ne va pas applaudir un message pareil.

Mais tout de même… Un entraîneur de quatrième division est un inconnu, pas un homme public. Dire des gros mots au sujet d’une militante particulièrement casse-pieds (pour ne pas dire casse-[censuré]) sur les réseaux sociaux n’est pas un bien grand crime. Faut-il ficher S les gens grossiers ou vulgaires?

Tout cela est anecdotique et risible. L’ennui est que le licenciement ne l’est pas. Jusqu’où ira la gretamania? Doit-on désormais s’interdire de la critiquer, de la contredire, de se moquer d’elle? Est-elle sacrée?

Chaque jour, l’écologie politique va plus loin dans la volonté de museler tout ce qui ne lui ressemble pas. Il serait grand temps que les Khmers Verts rencontrent un peu de résistance. Avant qu’il ne soit trop tard.

Source: BFM-RMC-Sport

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici