Chirac ou Poutine? Qui a vraiment dirigé la France?

Chirac décore Poutine de la Légion d'Honneur/DR
Chirac décore Poutine de la Légion d'Honneur/DR

Ce lundi, Vladimir Poutine est le seul chef d’État d’une grande puissance a être présent aux funérailles de Jacques Chirac à Paris. Le dirigeant russe rend hommage à celui qui a joué le jeu du Kremlin pendant toute sa présidence. Une piqûre de rappel de cette France sous influence.

Vladimir Poutine ne tarit pas d’éloges sur l’ancien président: “Jacques Chirac a acquis le respect mérité de ses compatriotes et fut une haute autorité internationale en tant que dirigeant sage et visionnaire ayant toujours défendu les intérêts de son pays”, ou plus exactement les intérêts de la Russie.

En effet dans sa jeunesse, Chirac, communiste, avait appris le russe auprès d’un vieil émigré ayant fui la révolution bolchevique, il a depuis toujours entretenu un lien privilégié avec la Russie. Il connaissait bien la culture du pays et vouait un fanatisme sans limites à Pouchkine, qu’il avait même traduit.

Un tropisme pro-russe qui a allègrement servi le pouvoir russe. En 1999, Poutine prend la tête d’un pays très affaibli économiquement. Chirac qui avait déjà tout fait pour que la Russie soit intégrée dans le G7-G8 et l’OMC, poursuit la politique gaulliste de rapprochement entre Paris et Moscou. Pour lui, Vladimir Poutine incarne la “Russie de toujours”.

En 2003, Vladimir Poutine et Gerard Schröder soutiennent alors Jacques Chirac dans son opposition à l’intervention américaine en Irak sous les acclamations du monde arabe. En 2006, le président français avait même remis la Légion d’honneur à Poutine.

Deux ans plus tard, après son départ de l’Élysée, il s’était vu remettre, au Kremlin, le Prix d’État, la distinction russe la plus élevée, des mains de Dmitri Medvedev la “doublure” de Poutine au Kremlin, pour “son influence décisive sur beaucoup des processus d’intégration en cours en Europe et dans le monde” et son “grand rôle dans le développement des relations franco-russes”.

Preuve de ses liens étroits avec le pouvoir russe, le 27 novembre 2009, Vladimir Poutine en visite en France, avait retrouvé l’ancien président français autour d’un petit déjeuner. Une politique catastrophique continuée aujourd’hui malgré le décès de Chirac, la France aux ordres d’un cadavre.

Source: Le Parisien

4 Commentaires

  1. When I initially commented I clicked the “Notify me when new comments are added” checkbox and now each time a
    comment is added I get three emails with the same comment.

    Is there any way you can remove people from that service?
    Thank you!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici