Pas de solution miracle pour Aigle Azur. La compagnie aérienne française définitivement clouée au sol

Image d'illustration/Aigle Azur
Image d'illustration/Aigle Azur

Aigle Azur a cessé définitivement ses activités ce vendredi 27 septembre à minuit. Aucune des offres de reprise n’a été retenue par le tribunal de commerce. La compagnie emploie quelque 1150 personnes, dont 800 en France et 350 en Algérie. Aucune solution pérenne n’a été proposée par les candidats repreneurs.

Le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, qui a promis aux salariés “un accompagnement particulier afin d’assurer un retour plus rapide à l’emploi“, a réagi en assurant que “tout avait été mis en œuvre pour donner leurs meilleures chances aux offres de reprise“, mais qu’aucune offre financée n’avait pu aboutir.

Deux offres étaient étudiées, l’une émanant de deux anciens responsables d’Air France, Lionel Guérin et Philippe Micouleau, subordonnée à l’obtention d’un prêt participatif de 15 millions d’euros auprès de l’État, l’autre présentée par Lu Azur, actionnaire minoritaire d’Aigle Azur à hauteur de 19%.

L’une ne pouvait être choisie car elle reposait sur une majorité de capitaux extra-communautaires, l’autre était assortie d’une aide de l’État“, a expliqué Bruno Forey, également membre du Comité social et économique de l’entreprise.

On avait espéré jusqu’au bout que quelque chose se passe“, a regretté Bruno Forey, de la CFDT, le premier syndicat de la compagnie. “Il semblerait que l’on veuille que le transport aérien français soit axé uniquement autour d’Air France“, a-t-il lancé.

Concrètement, “la liquidatrice a 21 jours pour licencier tout le monde“, a-t-il précisé. “C’est la durée légale. Il n’y a pas de plan de sauvegarde de l’emploi, donc tout le monde est licencié au minimum légal. On va pointer à Pôle emploi dans 21 jours“, a-t-il ajouté.

Aigle Azur emploie quelque 1150 personnes, dont 800 en France et 350 en Algérie. Elle est spécialisée dans les liaisons avec l’Algérie et la desserte du bassin méditerranéen. La compagnie, dont les 11 avions ne volent plus depuis le 7 septembre, a été placée en liquidation judiciaire le 16 septembre avec poursuite d’activité jusqu’à ce vendredi.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici