Coup de théâtre planétaire. Dans son discours à l’ONU, Trump soutient la contestation à Hong Kong

Photo: Flickr
Photo: Flickr

Depuis trois mois, les experts de la géopolitique américaine reprochaient à Donald Trump de ne pas prendre fait et cause pour le mouvement de contestation de Hong Kong.

Mais, hier, à la tribune de l’ONU, est enfin arrivé le signe clair de soutien qu’attendaient désespérément les manifestants hongkongais. Dans son discours, Trump n’a pas seulement accusé la Chine sur le dossier des négociations commerciales et sur celui du sort atroce réservé par Pékin au peuple ouïgour, mais il a également lancé une grenade diplomatique qui tient en trois phrases.

“Le monde attend que le gouvernement chinois honore le traité contraignant qu’il a conclu avec les Britanniques et enregistré auprès des Nations Unies, dans lequel la Chine s’engage à protéger la liberté, le système juridique et le mode de vie démocratique de Hong Kong. La manière dont la Chine choisira de gérer cette situation en dira long sur son rôle dans le monde à l’avenir. Nous comptons tous sur le Président Xi comme sur un grand leader.”

Sous-entendu: “Ne touche surtout à Hong Kong, si tu ne veux pas te retrouver au coin avec un bonnet d’âne.” Donald Trump continue sa politique de harcèlement de Xi par la puissance américaine. Son objectif est clair: faire chanceler le système totalitaire chinois de plus en plus fort. Le placer le dos au mur. Ne rien lui concéder. Lui laisser le choix entre se rendre et s’effondrer. Comme fit Reagan, en son temps, pour étouffer l’URSS. Nous assistons à un combat de boxe de haut niveau, catégorie poids très lourds.

Une chose est sûre: Xi aurait préféré qu’Hillary Clinton soit élue, plutôt que Trump, et il croise les doigts pour que le prochain président soit issu du Parti Démocrate. Le Président américain est devenu le pire cauchemar du communisme chinois.

Source: Vox

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici