Le festival féministe: “Sortir de l’hétérosexualité”. La matrice idéologique des féministes mise à nu

Juliet Drouar/DR
Juliet Drouar/DR

Aujourd’hui, à Paris, est inauguré un festival féministe aimablement intitulé “Sortir de l’hétérosexualité”. En clair: si vous êtes hétérosexuel, il va falloir changer vos habitudes, et vite, sous peine d’être considéré comme un ennemi de l’humanité toute entière.

Les thématiques de ce festival sont passionnantes: “érotisation de la violence”, “production médicale de la binarité des sexes”, “répartition raciale du travail de care”, “atelier IVG” et autres formulations mystérieuses supposées stimuler l’intelligence et extirper le mal, c’est-à-dire la masculinité, de notre civilisation.

Juliet Drouar et Tamar, deux militantes organisatrices de ce festival, ont livré aux Inrocks leurs idées d’une insondable profondeur. En voici trois extraits fort intéressants:

“C’est important de mettre en avant qu’il y a une base économique à l’hétérosexualité.”

“L’hétérosexualité est en lien étroit avec la construction du capitalisme, puisqu’elle permet de ne pas salarier le travail de reproduction.”

“Si on part du principe, et c’est notre cas, que l’hétérosexualité a avant tout une utilité économique, alors elle va forcément s’insérer dans l’économie capitaliste qui est une économie racialisée et coloniale.”

Vous aurez compris que sous le prétexte de défendre des femmes, le discours de ce festival est en réalité un prolongement du marxisme, où le capitalisme est la source unique de tous les maux sur la Terre.

Il suffit de dire que l’hétérosexualité est parfaitement identique au capitalisme, et le tour est joué: le mâle blanc hétéro “cisgenre” remplace l’industriel bourgeois dans le rôle de l’homme à abattre. Ces féministes se croient innovantes, mais elles se contentent, consciemment ou non, de reproduire la langue de bois chère au camarade Staline.

Juliet Drouar conclut l’interview par une phrase éclairante: de ce festival, “tu ressors non-hétéro et brainwashé”. Quelle belle sincérité!

Voilà un événement dont l’objectif est de faire de nous des robots, objectif pleinement assumé par ses organisatrices. On nage en plein 1984: la trépanation intellectuelle est accueille comme un bienfait, une bénédiction. Big Sister is watching you.

Source: les Inrockuptibles

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici