Idolâtrie climatique. Des étudiants presbytériens confessent leurs péchés aux plantes en pot

Sacrement de la confession aux plantes/Tweeter
Sacrement de la confession aux plantes/Tweeter

“Aujourd’hui, à la chapelle, nous nous sommes confessés à des plantes. Ensemble, nous avons exprimé dans la prière notre chagrin, notre joie, notre regret, notre espoir, notre culpabilité et notre tristesse: nous les avons offerts à ces êtres qui nous font vivre, mais dont nous n’honorons pas assez souvent les bienfaits. Et vous, que confessez-vous aux plantes de votre vie?”

On dirait une farce imaginée par des cancres. Mais non, ce tweet a bel et bien été posté par une école de théologie presbytérienne, l’Union Seminary de New York.

Jusque dans les milieux chrétiens, le message a été immédiatement pris pour cibles par d’innombrables moqueries. Mais l’Union Seminary s’est justifiée sans trembler: “Notre communauté a confessé les péchés qu’elle a commis contre les plantes. Il est temps que naisse une liturgie nouvelle!”

https://twitter.com/UnionSeminary/status/117400094166788096

Contrairement à ce qu’espéraient les militants de la laïcité à outrance, l’effondrement du christianisme n’a pas laissé la place à l’athéisme, mais à la superstition la plus frénétique.

Elle prend tellement de place qu’elle atteint même les milieux chrétiens les plus fervents, au point de tordre des dogmes que l’on croyait inébranlables: en effet, il est interdit de confesser ses péchés à quelqu’un d’autre que Dieu — par l’intermédiaire d’un prêtre, chez les catholiques.

De plus en plus de philosophes nous mettent en garde: l’écologie politique est en train de devenir une religion. Jusqu’où ira ce processus? Faudra-t-il bientôt dire “Notre cactus qui est sur le balcon, que votre chlorophylle soit sanctifiée?” Il faudrait poser la question à la Messie des vegans, Sainte Greta, patronne des paranoïaques.

Source: Christian Post

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici