Avortements aux USA. Tous les statisticiens de la natalité tombent de leurs chaises devant cette statistique hallucinante

Image d'illustration/Twitter
Image d'illustration/Twitter

Voilà une statistique qui laisse tous les statisticiens de la natalité stupéfaits: le nombre d’avortements par an aux États-Unis a baissé de moitié depuis 1990. De plus d’un million et demi, on est ainsi passé à 860 000, révèle un institut américain.

Alors que nombre d’États, France en tête, considèrent aujourd’hui l’avortement comme un progrès inéluctable des sociétés modernes, et son augmentation statistique comme le signe d’une libération bienvenue des mœurs, voilà que la réalité des chiffres annonce le contraire.

Dans les toilettes de certains bars français, on trouve actuellement cette publicité officielle, signée par le Planning Familial: “L’avortement est un droit fondamental”. Il semble que ce ne soit plus l’opinion des femmes américaines. Pourquoi? Aucune réponse simpliste ne convient. Les sociologues américains s’interrogent.

De nombreuses raisons possibles sont invoquées. Celle de la loi, d’abord: entre 2011 et 2017, 32 États américains ont adopté un total de 394 nouvelles restrictions sur l’avortement.

Mais il y en a bien d’autres: la baisse de natalité aux États-Unis, les meilleures campagnes d’information, le succès des pilules permettant d’avorter sans passer par le bloc opératoire – donc, d’échapper au comptage statistique -, et un meilleur traitement médical des grossesses. La question devient un sujet de réflexion majeur dans les instituts de recherche américains.

Quoi qu’il en soit, c’est une bonne nouvelle. Très éloignée de la vision française de l’avortement, certes. Mais il est fort possible que cette vision devienne obsolète, si l’on en croit l’évolution de la société outre-Atlantique.

Source: The Guardian

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici