Le fils préféré d’Oussama Ben Laden et héritier d’Al-Qaïda a été tué. Qui doit-on encore remercier?

Hamza Ben Laden, fils d'Oussama Ben Laden/DR
Hamza Ben Laden/DR

Ce samedi, le président des Etats-Unis, Donald Trump a confirmé la mort d’Hamza Ben Laden, fils préféré d’Oussama Ben Laden et son héritier à la tête d’Al-Qaïda, et dont le décès avait été rapporté fin juillet par des médias américains.

Dans un communiqué, le président américain a déclaré: “Hamza Ben Laden, le haut responsable d’Al-Qaïda et fils d’Oussama Ben Laden, a été tué lors d’une opération de contre-terrorisme menée par les Etats-Unis dans la région de l’Afghanistan/Pakistan”.

“La perte d’Hamza Ben Laden ne prive pas seulement Al-Qaïda de son autorité et de sa connexion symbolique à son père, mais sape également d’importantes activités opérationnelles du groupe”, a expliqué Donald Trump avant de préciser que “Hamza Ben Laden a planifié et travaillé avec divers groupes terroristes”.

Selon les informations du New York Times publiées fin juillet, la mort d’Hamza Ben Laden, âgé d’une trentaine d’années, est intervenue dans les deux dernières années.

Quinzième de la vingtaine d’enfants d’Oussama Ben Laden, fils de sa troisième femme, Hamza Oussama Muhammad Ben Laden, né le 9 mai 1989 à Djeddah, avait été déchu en mars de sa nationalité saoudienne. Il figurait sur la liste noire américaine des personnes accusées de “terrorisme”.

Aux côtés de son père en Afghanistan avant les attentats du 11 Septembre 2001, il a appris le maniement des armes et dans des vidéos mises en ligne, il s’en prenait de sa voix fluette aux Américains ou encore aux Juifs.

Des documents, dont des lettres révélées par l’AFP en mai 2015, montrent qu’Oussama Ben Laden le destinait à lui succéder à la tête du djihad mondial anti-occidental.

Parmi les archives saisies lors du raid américain de 2011 au cours duquel Oussama Ben Laden a été tué dans sa villa au Pakistan, et dévoilées fin 2017 par la CIA, figure par ailleurs une vidéo du mariage de Hamza, vraisemblablement en Iran, dont on a ainsi découvert les premières images à l’âge adulte.

Il y aurait été envoyé pour sa sécurité après le 11 Septembre et y aurait passé une dizaine d’années, selon Ali Soufan, un ancien agent du FBI devenu expert en contre-terrorisme et auteur d’une biographie de Hamza Ben Laden. Un fait qui rappelle la complicité de l’Iran chiite avec les djihadistes sunnites pour frapper l’Occident.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici