Les Parisiens en marche. Les lignes de métro et de bus presque entièrement paralysées par la grève

Image d'illustration/Wikimedia Commons
Image d'illustration/Wikimedia Commons

Le trafic sur le métro parisien était presque intégralement paralysé vendredi matin, conformément aux prévisions avancées par la RATP, en raison de la grève massive de ses agents pour dénoncer la réforme des régimes des retraites.

Dix lignes de métro sur seize sont entièrement fermées pour la journée. Les lignes 4, 7, 8 et 9 ainsi que les RER A et B sont ouverts uniquement aux heures de pointes entre 6h30 et 9h00 et entre 17h et 20h, sur certains tronçons pour certains, et de façon limitée, avec un train sur trois ou sur quatre.

Seules les lignes 1 et 14, qui sont automatisées, devraient opérer normalement, mais elles risquent d’être saturées.

Un bus sur 3 circulait également sur l’ensemble du réseau en moyenne, ainsi qu’un tram sur deux.

De très nombreux bouchons étaient également constatés aux abords de la capitale.

Beaucoup d’entreprises ont invité leurs employés à faire du télétravail. Ceux qui ne pouvaient pas rester chez eux trouvaient des chemins alternatifs. Beaucoup viennent et repartent à pied.

L’ensemble des syndicats de la RATP a appelé à une grève pour dénoncer le projet de réforme des retraites du gouvernement, qui vise à mettre fin aux 42 régimes existants pour instaurer un régime unique par points.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a précisé jeudi que les régimes spéciaux, tels que ceux de la RATP, de la SNCF ou encore des entreprises du secteur électrique et gazier, seraient supprimés.

Selon le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, le régime de la RATP est déficitaire.

Les cotisations payées par les agents de la RATP représentent 40% du coût des retraites versées chaque année et l’État, donc le contribuable, finance 60%. Si l’État arrêtait de financer, le régime exploserait“, a-t-il déclaré sur Sud Radio.

Les avantages dont bénéficient les agents n’ont par ailleurs plus lieu d’être, dit-il. Les conducteurs, les agents travaillant dans des ateliers ou encore dans les souterrains, peuvent en effet partir à la retraite à 52 ou 57 ans, s’ils cumulent 27 ans de service. L’âge moyen de départ dans l’entreprise est ainsi de 55 ans et 7 mois, selon Olivier Dussopt.

Le principe même de ce régime universel, ce que j’appelle cette maison commune, dans laquelle tout le monde doit converger, c’est justement l’égalité, avec la même manière de prendre en compte les spécificités, les pénibilités ou la durée de carrière“, a-t-il ajouté.

Les réformes de 2008, 2010 et 2014 ont déjà prévu un alignement progressif sur le régime de la fonction publique et, à terme, du régime général. Tous les agents de la RATP engagés après 2009, par exemple, devront avoir cotisé 172 trimestres (43 ans) en 2035 pour prétendre à une retraite pleine, comme les salariés du privé.

Téléchargez notre plan en PDF pour cette journée de grève:

PlanMetro

RATP est une entreprise publique dont l’actionnaire unique à 100% est l’État français. La dette de la société s’élève à 5,3 milliards d’euros.

Source: Reuters

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici