Totalitarisme. Qualifier une élue de “jolie mannequin noire” constitue un propos raciste et misogyne selon les macronistes

Titina Dasylva, jolie, noire, mais pas mannequin!/DR
Titina Dasylva, jolie, noire, mais pas mannequin!/DR

Tout devient prétexte à la censure et à la marginalisation politique. À Montpellier, le référent départemental de La République en Marche, Jérôme Toulza, a annoncé avoir suspendu de ses fonctions, à titre conservatoire, Thierry Tsagalos, l’animateur du comité Port-Marianne.

Une décision prise “après avoir pris connaissance de ses propos écrits sur un réseau social. Des propos qui ne respectent pas la charte de valeurs édictées par le mouvement”, avance Jérôme Toulza, qui va demander la saisine de la commission des conflits, par le biais du bureau exécutif.

L’animateur, Thierry Tsagalos, est aussi connu pour administrer la page Facebook “Montpellier politique”.

Samedi 7 septembre, au soir de la manifestation des Gilets jaunes, ironisant sur l’attitude de Philippe Saurel au cours de la journée, il a qualifié de “jolie mannequin noire”, l’adjointe à la sécurité Titina Dasylva, que l’on pouvait voir sur une photo aux côtés du maire au sein du PC sécurité.

Il n’en fallut pas plus pour que le délire féministe et anti-raciste sévisse sur les réseaux sociaux, qualifiant ces propos de misogynes et racistes. Cette décision de Jérôme Toulza est donc dans le suivisme de cette agitation totalitaire.

Contacté mardi 10 septembre, Thierry Tsagalos maintient que ses mots “n’ont rien de sexiste ni raciste”. Et explique que “ce buzz n’est qu’un contre-feu du maire, car il subit des critiques sur sa gestion de la journée de samedi”.

La victime de cette cabale espère jouer un rôle dans les prochaines élections municipales, il devra auparavant comparaître devant les instances nationales de LREM pour ses propos anodins.

Source: Midi Libre