Pillages. Qui sont les auteurs de cette razzia? Une douzaine de cambriolages en une nuit entre le Doubs et le Jura

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Dans la nuit de vendredi à samedi, entre le département du Doubs et celui du Jura, une petite équipe de 3 à 4 malfaiteurs s’est introduite dans des commerces ou des entreprises, pour tenter de dérober de l’argent liquide. Des vols rapides, en l’espaces de quelques heures sous la forme d’un raid.

Les premiers vols ont été constatés vendredi, aux alentours de 22 h 30, à Besançon. L’équipe des cambrioleurs s’est attaquée à une société. Après en avoir défoncé la porte, ils ont tenté de mettre la main sur des caisses contenant des liquidités.

Mais ils tombent sur un os: pas la moindre trace d’argent liquide, à l’exception d’un maigre billet de 5€ que les hommes rapinent avant de fuir. Non loin du premier casse, une société a subi le même sort. À chaque fois, les dégâts matériels dépassent le montant du butin.

Les cambrioleurs ont alors pris la direction de Larnod et de Quingey, où ils ont commis quatre nouveaux vols. Entreprises, commerces, tout ce qui pouvait, dans leur esprit, contenir de la monnaie.

Le mode opératoire est simple comme bonjour: Ils ont utilisé, tour à tour, tournevis, pied de biche, ou tout simplement la force de leurs pieds, pour pénétrer à l’intérieur des locaux. Ils sont restés très peu de temps sur les lieux de leur forfait pour garantir leur fuite.

Après minuit, ils ont pris la direction du Jura, avec des cibles identiques et le même objectif. Et à 2h, plus rien, peut-être ont-ils changé de département? Il appartient aux enquêteurs de le déterminer.

Il pourrait s’agir de voleurs venus de l’extérieur dans le but d’effectuer une razzia. “C’est un mode d’action qui n’est pas rare. Ce sont des vols d’opportunités. Les gars tentent de taper partout où ils passent”, confie une source proche de l’enquête.

Les enquêtes sont supervisées par les gendarmes de la brigade des recherches de Besançon, habitués à ce type d’affaires. Les images des caméras de vidéosurveillance ont déjà permis de révéler une berline, identifiable dans chacun de ces cas, et qui a permis de relier les vols entre eux.

Source: L’Est Républicain