La cryptomonnaie Libra de Facebook passe à l’attaque et veut mettre un pied en Suisse

Image d'illustration/Pixabay
Image d'illustration/Pixabay

Libra, le projet de cryptomonnaie initié par Facebook et rejoint par 28 grandes entreprises tels que Visa, Mastercard, PayPal, Ebay, ou encore le français Iliad (Free), va solliciter une autorisation en tant que système de paiement en Suisse.

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a confirmé avoir reçu une demande de la Libra Association, basée à Genève, pour évaluer ce projet de cryptomonnaie au regard du droit suisse de la surveillance.

Il s’agit pour Libra de clarifier son statut réglementaire en vue d’obtenir une licence en tant que système de paiement.

La Suisse propose une voie pour une innovation responsable dans les services financiers harmonisée avec les normes financières internationales et une forte supervision“, déclare la Libra Association dans un communiqué.

Facebook a dévoilé en juin ce projet de cryptomonnaie, dont le lancement est prévu au premier semestre 2020. Il s’agit d’une devise numérique fonctionnant à partir de la technologie blockchain, censée assurer la transparence et la sécurité de toutes les transactions.

Ce projet suscite toutefois l’inquiétude des responsables politiques à travers le monde qui avancent contre le secteur largement dérégulé des cryptomonnaies les prétextes de favoriser le blanchiment d’argent, le trafic de drogues et le financement du terrorisme.

Les ministres des Finances du G7, réunis en juillet à Chantilly, ont tenté d’influencer le lancement de Libra en prévenant que cet instrument ne pourrait être lancé tant qu’un cadre réglementaire ad hoc n’aurait pas été défini. Ce qui les gène vraiment, c’est de voir un petit pan de l’économie mondiale échapper à leur contrôle.

Source: Reuters