Paradoxe des étudiants extra-européens. Ils sont de plus en plus nombreux dans les facs malgré une hausse de leurs frais d’inscription

Ecole polytechnique/Creative Commons
Ecole polytechnique/Creative Commons

La France accueille pour la rentrée un peu plus d’étudiants étrangers hors Union européenne que l’an dernier, en dépit des polémiques suscitées par la hausse de leurs frais d’inscription, qui n’a été appliquée que marginalement par les universités.

Le nombre d’étudiants internationaux inscrits cette année dans les établissements a augmenté, d’un peu plus de 2%“, a déclaré la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal dimanche. Et ce, malgré une hausse des frais pour les étudiants extra-européens annoncée par le gouvernement en novembre dernier.

Il faut dire que seulement sept universités sur 73 ont mis en place dès la rentrée cette hausse qui porte à 2770 euros les frais d’inscription en licence et 3770 euros en master, contre respectivement 170 euros et 243 euros pour les jeunes Européens.

Après un mouvement de contestation de la gauche et d’extrême gauche, le gouvernement a décidé d’épargner les doctorants d’une augmentation des frais de scolarité.

Quant aux autres étudiants, 66 universités sur 73 ont trouvé une astuce pour saboter cette réforme: ils ont décidé d’utiliser en faveur des étudiants extra-communautaires une possibilité réglementaire qui permet d’exonérer de droits jusqu’à 10% de leurs effectifs.

Le bras de fer entre les bons âmes dans les directions des facs et le ministère va être reporté pour la rentrée suivante car de nombreuses facs ne pourront pas exonérer une deuxième année de suite la totalité de leurs étudiants extra-européens.

Source: AFP