Jean-Jacques Bridey, ce député LREM qui s’est fait rembourser en double ses frais de bouche: “On ne va pas en faire un fromage!”

Jean-Jacques Bridey/Twitter
Jean-Jacques Bridey/Twitter

Pas de petits profits pour Jean-Jacques Bridey, l’ancien maire (PS) de Fresnes et député actuel LREM. Ce petit malin a réussi à se faire rembourser deux fois ses notes de frais, dont de nombreux repas en 2016 et 2017. “Une simple erreur d’inattention sur quelques doublons” qui rapporte.

Déjà sous les projecteur pour avoir indûment perçu 100 000 euros grâce au cumul de ses différents mandats, on découvre désormais qu’il a laissé aussi des frais de bouche exorbitant à la société d’économie mixte locale d’aménagement de Fresnes (Semaf) qu’il a présidé de 2001 à 2017.

Ce proche d’Emmanuel Macron, s’est ainsi fait rembourser deux fois les mêmes notes de frais de restaurant, en les présentant une fois à la Semaf, puis une deuxième fois à la mairie de Fresnes.

Habitué de la bonne table de l’établissement “À la marée”, à Rungis, il a déjeuné le 14 mars 2016 en compagnie de deux autres personnes pour 303,80 euros, puis il a dîné deux fois au même restaurant (le 2 mars, trois couverts, 215,60 euros et le 23 mars, deux couverts, 204,80 euros).

Le rituel est le suivant: quelques coupes de champagne (14 € l’unité), suivies d’huîtres, de gambas, de Saint-Jacques, de poissons fins… Puis une bouteille ou plusieurs verres de vin pour arroser le tout.

724,20 euros en tout, remboursés en même temps par la mairie de Fresnes et la Semaf, ce qui donne la coquette somme de 1448,40 €.

Epinglé, le député macroniste évoque “une simple erreur d’inattention sur quelques doublons” et il assure de son intention de rembourser le top perçu. Sans doute suit-il l’exemple de Sylvie Goulard

Le seul commentaire de l’intéressé: “On ne va pas en faire un fromage!”