Dix musulmans soupçonnés de financement du terrorisme arrêtés en Italie, dont un imam qui copinait avec l’évêque local

Capture d'écran YouTube
Capture d'écran YouTube

La justice italienne a annoncé samedi avoir lancé des mandats d’arrêt contre dix personnes, huit d’origine tunisienne et deux Italiens, soupçonnées de financement du terrorisme, dont un imam de Teramo, dans les Abruzzes, au centre de l’Italie.

Ces personnes sont soupçonnées d’avoir “créé de nombreux faux comptables, à travers diverses sociétés, pour mettre de côté d’importantes sommes d’argent, en partie fruit de l’évasion fiscale“, précise un communiqué du parquet de L’Aquila, chef-lieu des Abruzzes.

Cet argent servait “aussi au financement d’activités liées à l’organisation radicale al-Nosra“, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, selon la même source.

Une partie des sommes était destinée également à des imams en Italie “dont un définitivement condamné pour association de malfaiteurs à des fins de terrorisme international“, poursuit le communiqué.

Parmi les dix personnes figure, outre l’imam, une comptable italienne, selon le communiqué qui précise que des biens, argent et biens immobiliers, d’une valeur de plus d’un million d’euros ont été saisis.

Un Tunisien, résident à Turin et ayant des sociétés dans les secteurs du bâtiment et du commerce de tapis, est soupçonné d’être le chef de ce groupe, ont précisé les enquêteurs au cours d’une conférence de presse.

Nous avons des motifs raisonnables de croire que le groupe démantelé créait des fonds secrets qui étaient transférés en Turquie où ils étaient utilisés pour financer le départ en Syrie de d’aspirants terroristes“, a déclaré le procureur de L’Aquila Michele Renzo.

Dans de nombreuses écoutes téléphoniques, les personnes soupçonnées parlaient de Syrie et d’Irak, faisant référence à une unité de combattants d’al-Nosra vers laquelle ils orientaient les aspirants combattants“, a précisé le général des carabiniers Pasquale Angelosanto.

En Syrie, il y a plusieurs groupes et il ne faut pas se tromper de groupe“, peut-on entendre dans une conversation interceptée entre les suspects. “Les meilleurs sont à Nosra et à Fateh al-Islam, qui sont soutenus par des États comme le Qatar et l’Arabie saoudite. Il y a d’autres groupes qui ne savent pas comment se comporter. A la Nosra, au contraire, c’est l’armée de l’Islam, c’est une bonne organisation.”

En juin 2017, Mgr Michele Seccia, à l’époque l’évêque de Teramo, a rendu visite à la mosquée dans une ville de son diocèse, comme le montre le vidéo ci-dessous. Il avait des relations nourries et soutenues avec la communauté musulmane de son diocèse?

Les dons des fidèles catholique ont-ils pu alimenter le trésor de guerre des islamistes du Front al-Nosra en Syrie? C’est fort probable.

Comble du grotesque, Mgr Seccia est actuellement aumônier de l’ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, un ordre de chevaleresque de droit pontifical qui s’inspire des Croisades.

Source: AFP/Il Fatto quotidiano

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici