Aigle Azur, la deuxième compagnie aérienne française, spécialiste des vols vers l’Algérie, va-t-elle exploser au sol?

Image d'illustration/Aigle Azur
Image d'illustration/Aigle Azur

Aigle Azur, la deuxième compagnie française derrière Air France, spécialiste des destinations vers l’Algérie et placée en redressement judiciaire, a annoncé l’annulation de tous ses vols à partir de vendredi soir, tandis que son patron démissionnait.

La situation financière de la société et les difficultés opérationnelles en résultant ne permettent pas d’assurer les vols au-delà du 6 septembre au soir“, précise ce document.

La lettre adressée aux salariés de la compagnie indique également que “la recherche de repreneurs se poursuit activement. Elle continue durant l’arrêt des vols” et les “offres de reprise peuvent être déposées jusqu’au lundi 9 septembre à midi“, alors qu’un comité d’entreprise se tiendra le même jour.

La suspension des vols est présentée dans ce courrier comme une “alternative regrettable qui met ses clients, ses équipes et ses partenaires dans la plus grande difficulté” mais à laquelle “Aigle Azur est contrainte de recourir“.

Plus tôt jeudi, la compagnie avait déjà suspendu ses liaisons vers le Mali, le Brésil et le Portugal, après avoir dû annuler mercredi un vol Paris Orly-Bamako et un autre, Alger-Toulouse, mardi.

Aigle Azur, la deuxième compagnie française derrière Air France, compte 1150 employés, dont 350 en Algérie. Elle dispose d’une flotte de 11 avions et a transporté 1,88 million de passagers en 2018, année pendant laquelle elle a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros.

Malgré ces résultats, elle a été déclarée en cessation de paiement en raison des “difficultés de trésorerie rencontrées par la compagnie depuis plusieurs mois”, avec une dette d’environ 40 millions d’euros. Les salaires d’août ont été pris en charge par le régime de garantie des salaires (AGS)…

Cependant, la compagnie possède des liquidités en Algérie, le pays où la compagnie réalise 50% de son chiffre d’affaires. Le problème est que… c’est en Algérie.

Cette trésorerie “d’environ 15 millions d’euros est difficilement rapatriable“, selon le patron de la compagnie. En général, il faut compter un “délai de deux à trois mois” entre l’encaissement en Algérie et le rapatriement de l’argent en France.

On aimerait que l’État français fasse le nécessaire avec l’État algérien pour rapatrier cet argent ou qu’il se substitue financièrement, le temps que cet argent soit rapatrié“, ajoute Frantz Yvelin.

Mais Aigle Azur dispose surtout d’une pépite de 9800 créneaux horaires annuels à Orly, où le total pour toutes les compagnies est plafonné à 250 000. De quoi monnayer ce petit pactole pour l’aider à surmonter la crise.

Au lieu de ça, la direction de la compagnie était le théâtre d’événements rocambolesques. Le 26 août dernier, l’actionnaire Gérard Houa (19% du capital) avait tenté un coup de force en débarquant Frantz Yvelin manu militari et en se présentant comme le nouveau patron, pour “mettre fin aux errements stratégiques des deux dernières années“.

Un autre actionnaire, David Neeleman (32% du capital), l’a alors accusé d’usurper ce titre. Puis, deux jours plus tard, nouveau coup de théâtre: une administratrice provisoire, Hélène Bourbouloux, avait été désignée à la tête de l’entreprise et installée en présence des forces de l’ordre.

Frantz Yvelin était rétabli dans ses fonctions par le tribunal de Commerce d’Évry, le 28 août. Pour démissionner quelques jours plus tard…

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici