Encore une opération coûteuse de repêchage d’immigrés clandestins qui fuient la France pour l’Angleterre

Hélicoptère Dauphin portant des secours/Photo Marine nationale
Hélicoptère Dauphin portant des secours/Photo Marine nationale

Vingt-cinq immigrés clandestins, dont certains ayant embarqué dans le périple leurs enfants, qui tentaient de rejoindre l’Angleterre à bord d’un pneumatique, ont été récupérés mercredi matin au large de Calais, a affirmé la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

Vers 4h00, la préfecture maritime a été alertée par le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez. Une embarcation semi-rigide avec 25 immigrés à son bord se trouvait “en difficulté à environ 10 km au large de Calais”.

Les immigrés clandestins, coincés aux environs du phare de Walde, à l’endroit où la Manche et la mer du Nord se rejoignent, ont eux-mêmes prévenu les secours qui ont “relayé au Cross la demande assistance suite à une panne de moteur”.

Les passagers se sont alors retrouvés sur un banc de sable et “seule une intervention par les airs” était possible. Ainsi, à 6h15, 12 migrants ont été transportés par l’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale et remis aux pompiers et à la police aux frontières.

Le temps de l’opération, la marée est descendue et les 13 autres immigrés ont pu rejoindre la côte par leurs propres moyens.

Ce qui est curieux, c’est de constater que ces immigrés clandestins n’hésitent pas à mettre gravement et péril leur vie et celle de leurs enfants, pour quitter la France qui leur offre pourtant une prise en charge et de multiples avantages.

Il y a deux risques majeurs: celui lié à la densité du trafic de cette autoroute de la mer, avec 25% du trafic maritime mondial, et celui lié aux forts courants, une eau entre 17 et 19°C, à la visibilité faible voire nulle la nuit par temps brumeux, auquel s’ajoute la méconnaissance de la mer“, rappelle la préfecture maritime.

Les interventions des secours, causées par l’insouciance des candidats à l’immigration illégale au Royaume-Uni, sont de plus en plus nombreuses et mobilisent des moyens humains et matériels très couteux.

Selon les données de la préfecture, une heure de vol d’hélicoptère est évaluée entre 5000 euros pour un hélicoptère de la Sécurité civile et 15 000 euros pour la Marine nationale, comme celui employé ce matin.

Sur l’ensemble de l’année 2018, 586 immigrés clandestins ont essayé de traverser le détroit, lors de 78 tentatives, selon les chiffres de la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord.

La ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, doit évoquer jeudi à Paris avec son homologue français, Christophe Castaner, la lutte contre ces traversées clandestines de la Manche, qui se multiplient cet été et sont particulièrement dangereuses à cause de la densité du trafic maritime, les forts courants et la basse température de l’eau.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici