Du nouveau dans l’affaire Nordahl Lelandais. Il aurait avoué le viol de la petite Maëlys

Nordahl Lelandais. Le site commémoratif éphémère dédié à Maëlys/Wikimédia Commons
Nordahl Lelandais. Le site commémoratif éphémère dédié à Maëlys/Wikimédia Commons

Selon des confidences faites à un co-détenu, Nordahl Lelandais aurait violé la petite Maelys, 9 ans, avant de l’assassiner en août 2017. Il aurait aussi expliquer les raisons du meurtre du caporal Arthur Noyer, celui-ci ayant repoussé ses avances.

Mis en examen dans quatre affaires différentes dont deux homicides, le maître-chien de 36 ans a toujours nié avoir violé la petite Maëlys dont la disparition lors d’une fête de mariage, il y a deux ans à Pont-de-Beauvoisin (Isère) avait choqué la France entière.

L’ancien militaire a toujours affirmé devant les enquêteurs et le juge, qu’il avait tué la fillette “par accident“. De même, il n’a jamais réellement expliqué les raisons du meurtre du jeune caporal Arthur Noyer.

Mais hier, mardi 27 août, le parquet de Grenoble a annoncé détenir le témoignage de son voisin de cellule à qui Lelandais se serait confié.

Le tueur aurait raconté en détails le viol de la fillette, qu’il avait emmené en balade dans son véhicule à 3h00 du matin, puis le meurtre de celle-ci à ce détenu.

De même, il aurait admis avoir tué Arthur Noyer dans la nuit du 12 au 13 avril 2017, car celui-ci refusait de répondre à ses avances.

Interrogé sur ce témoignage par l’instruction, Lelandais nie catégoriquement, maintenant sa version d’une mort “involontaire” de la petite fille et affirmant ne pas ressentir “d’attirance sexuelle pour les enfants”.

Il a cependant précédemment reconnu deux agressions sexuelles sur des petites cousines âgées de 4 et 6 ans, faits pour lesquels il est mis en examen.

Il est enfin mis en examen pour une quatrième affaire d’agression sexuelle et de menaces de mort sur une jeune cousine de 14 ans au moment des faits.

Sans aveux, le viol de l’enfant sera dur à prouver, Lelandais ayant attendu 6 mois avant de dévoiler l’emplacement du corps abandonné en pleine nature, les éléments de preuves biologiques n’ayant donc pas  pu être recueillis par les enquêteurs.

Source: Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici