Qu’est-ce qui a mis le feu aux poudres entre les francs-maçons et le Crif?

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Une polémique a éclaté entre les deux groupes de pression, suite à un vœu formulé par une loge qui devait être approuvé au Convent annuel du Grand Orient de France. La principale obédience maçonnique française a retiré, lundi ce texte dont l’antisionisme accusait le Crif de faire “monter l’antisémitisme”

L’une des 1 360 loges de cette obédience, la loge parisienne “Maximilien l’Incorruptible”,  a adopté ce “vœu”, qui devait être soumis à l’approbation à Rouen cette fin de semaine. Le texte exhortait les responsables du Grand Orient à boycotter le dîner annuel du Crif, et tous ses autres événements.

La motivation de ce boycott, est le “suivisme” du Crif de la “politique d’Israël”, qualifiée de “politique de l’extrême-droite religieuse”. Le vœu dénonce au passage “le grignotage par Israël des territoires palestiniens”. L’attitude du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France conduirait à une “montée de l’antisémitisme”.

Cette révélation a rendu furieux Francis Kalifat, le président du Crif, qui après “l’incompréhension” dit avoir “aussitôt reconnu la prose mélenchonienne qui n’hésite pas, c’est un comble, à rendre le Crif responsable de l’antisémitisme”. N’hésitant pas à exhumer Hitler pour l’occasion, dénonçant “le langage de l’extrême-droite de l’entre-deux-guerres”.

En effet le rédacteur de ce vœu est un franc-maçon connu pour ses “opinions antisioniste et mélenchoniste”, membre d’une loge “partageant cette même vision”.

Après avoir téléphoné au grand maître du GODF, Jean-Philippe Hubsch, Francis Kalifat espère qu’une infime minorité des francs-maçons de l’obédience voteront pour la résolution “émanant d’un courant anti-sioniste radical”.

Le Crif se veut rassurant après cet entretien: “Nous nous sommes trouvés en osmose de pensée sur cette affaire”, mais malgré la maîtrise de l’incendie, l’incident va laisser des traces et traduit une nouvelle offensive idéologique, pour preuve: 2 650 “frères” et “sœurs” d’une “province parisienne” ont déjà apporté leur caution au texte.

En cause, la diffusion d’un nouvel antisémitisme, dont le président du Crif se garde bien de préciser l’origine, qui recycle l’antisémitisme à travers l’antisionisme, afin de pouvoir exprimer l’antisémitisme sous l’auréole de la cause palestinienne. La loge progressiste, qui est pour une résolution du conflit israélo-arabe à deux Etats, vient de créer une division.

Doublé par sa gauche, le Crif se retrouve disputé jusque dans ses cercles d’influence, par une nouvelle montée en puissance, qu’il continue de protéger avec son silence complice.

Source: Le Figaro, i24 News, The Times of Israel

1 COMMENTAIRE

  1. Le conflit va s’ accentuer au sein de cette communauté en parallèle avec un conflit de génération….

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici