VIDEO. En Bolivie, la forêt amazonienne brûle, comme au Brésil, mais personne ne dit mot. Le président est de gauche

SuperTanker/CC Aerobuzz
SuperTanker/CC Aerobuzz

La surface ravagée par les incendies qui touchent la Bolivie depuis plusieurs jours a atteint samedi 950 000 hectares selon les chiffres communiqués par les autorités, malgré les opérations des pompiers et le soutien d’un Boeing Supertanker 747-400 loué par le gouvernement à une entreprise américaine.

Cliver Rocha, le directeur de l’Autorité des forêts et des terres (ABT), a déclaré que la zone touchée par l’incendie en Bolivie atteignait 950 000 hectares, et que les flammes avaient détruit 32% de la forêt de Chiquitano, où 1871 familles dans 11 communes et 35 communautés autochtones ont également été affectées.

Le ministre de la présidence Juan Ramon Quintana s’est cependant félicité sur son compte Twitter des opérations de l’avion bombardier d’eau américain.

Après avoir éteint les foyers dans les montagnes à proximité d’Ipiás, l’avion doit être utilisé au dessus des reliefs de Tucavaca, dans la région du Pantanal, une plaine qui s’étend à travers la Bolivie, le Paraguay et le Brésil.

La troisième opération majeure se déroulera dans les montagnes d’Otuquis (sud-est du pays), la quatrième à Charagua, à la frontière avec le Paraguay, et la cinquième au nord, vers les régions de San Matías, San Rafael et San Miguel de Velasco“, a-ajouté le ministre, qui coordonne le Cabinet d’urgence environnementale créé pour faire face à la catastrophe.

Supertanker, le plus gros des avions de lutte anti-incendie, pouvant embarquer 75 000 litres de retardant, permet ainsi de stopper la progression du feu et de protéger les équipes de pompiers au sol.

Les rotations du SuperTanker sont toujours accompagnées d’opérations plus ciblées menées par des hélicoptères militaires et, à terre, par des brigades composées de soldats de l’armée, d’agents de police et de volontaires civils.

Le président bolivien, Evo Morales, a demandé vendredi aux pays qui composent l’organisation du Traité de coopération amazonien (ACTO) de tenir une réunion d’urgence pour discuter de l’avenir de l’Amazonie. Il souhaiterait partager les coûts de la location de SuperTanker avec le Brésil.

La situation au Bolivie est analogique aux incendies de la forêt au Brésil, mais puisque la Bolivie est gouvernée par la gauche, voire extrême gauche, aucun média ne verse dans le complotisme pour mettre la faute sur le dos des autorités, comme c’est le cas avec la présidence Bolsonaro.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici