A Biarritz, ça chauffe déjà: 4 policiers blessés, 17 manifestants interpellés

Image d'illustration/Gendarmerie nationale
Image d'illustration/Gendarmerie nationale

Dès hier soir, vendredi 23 août, des opposants au sommet du G7 se sont affrontés avec les forces de l’ordre. 4 policiers ont été légèrement blessés. 17 manifestants ont été interpellés.

Vendredi soir à Urrugne (Pyrénées-Atlantiques), 17 personnes ont été interpellées et 4 policiers ont été légèrement blessés lors de heurts entre manifestants et forces de l’ordre près du camp où réside une partie des opposants au sommet du G7 qui commence aujourd’hui samedi, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Les fonctionnaires ont été légèrement blessés par un tir de mortier d’artifice, selon la préfecture, qui a précisé que la situation s’était stabilisée peu après 22 h. La préfecture n’a  pas fait état de blessés parmi les manifestants.

Les personnes interpellées l’ont été pour dissimulation de visage et attroupement après sommations. Elles ont été placées en garde à vue.

Dans l’après-midi à Urrugne, 100 à 200 personnes avaient tenté d’occuper un rond-point menant à l’autoroute A63 qui relie Biarritz à la frontière espagnole, avant d’être repoussées par les forces de l’ordre, a précisé la préfecture.

Les policiers ont alors essuyé des jets de projectiles venant des manifestants et, après sommations, ont effectué deux tirs de lanceurs de balles de défense (LBD).

Durant le repli de certains manifestants vers le lieu de vie des anti-G7, un ancien camp de vacances, plusieurs interpellations ont eu lieu sur la route de la Corniche, qui longe la côte.

Des manifestants ont ensuite tenté de bloquer l’accès de leur camp en montant des barricades de fortune.

Les forces de l’ordre, qui ont reçu des projectiles, sont entrées dans le camp, et ont fait usage de grenades lacrymogènes et de LBD, sous les yeux médusés des vacanciers d’une résidence voisine.

Une manifestation, déclarée, est prévue samedi entre Hendaye et Irún (Espagne) dans le cadre du contre-sommet. Anticapitalistes et altermondialistes, auxquels se joindront des militants basques, espèrent ainsi rassembler 10 000 personnes au lendemain de leur contre-sommet.

Nous ne tolérerons aucun débordement. S’ils surviennent, nous y répondrons“, a prévenu le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Plus de 13 000 policiers et gendarmes sont déployés à Biarritz et dans sa région pour assurer la sécurité du sommet du G7, ainsi que du contre-sommet des anti-G7, maintenus à distance de la station balnéaire, et qui s’est achevé vendredi.

Les autorités françaises espèrent ne pas voir les médias du monde entier diffuser des images de violences identiques à celles de précédents sommets internationaux, comme ceux d’Hambourg ou de Gênes, quelques mois après la crise des “gilets jaunes”.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici