Pourquoi cette élue démocrate a menti sur ses origines amérindiennes?

Pocahontas/Capture d'écran
Pocahontas/Capture d'écran

Les démocrates sont vraiment prêts à user de tous les moyens pour manipuler l’opinion publique. Candidate à la primaire démocrate, Elisabeth Warren n’avait rien trouvé de mieux pour se démarquer que de s’inventer des origines amérindiennes. Aujourd’hui elle s’excuse d’avoir menti.

Jouant la carte de la victimisation au maximum, et en quête d’électeurs, Elisabeth Warren avait tenté de draguer les amérindiens et tous les américains sensibles à leur sort en s’inventant des origines de ce type. Elle se servait de ce “totem d’immunité” pour attaquer la politique du président Trump.

Le président américain a dès le début dénoncé ses mensonges en s’attirant les foudres du camp démocrate et lui avait répondu par l’ironie en la surnommant “Pocahontas”. Il lui avait publiquement adressé le défi de passer un test ADN pour prouver ses dires:

“Je donnerai un million de dollars à votre ONG favorite si vous faites ce test et qu’il prouve que vous êtes indienne”, avait-il proposé début 2018 lors d’un meeting dans le Montana.

Et la septuagénaire démocrate a relevé le défi, et a réalisé ce test, qui lui a attribué une très légère ascendance amérindienne, remontant entre six et dix générations selon les spécialistes.

Mais de nombreuses associations amérindiennes dont la Nation Cherokee avaient réfuté le test ADN, expliquant que les résultats remontaient à bien trop loin et qu’il n’était pas possible de savoir si les traces retrouvées correspondaient à des ancêtres autochtones nord-américains ou du sud du continent.

Donald Trump en profita pour enfoncer le clou, en dénonçant l’imposture, et l’attitude de la démocrate: “Bidon!”

Il aura finalement fallu attendre lundi 19 août, pour que la candidate démocrate s’excuse de ses mensonges, alors qu’elle prenait part à une réunion de représentants des communautés amérindiennes dans l’Iowa. Affirmant qu’elle était “désolée pour le mal causé”.

Celle qui n’a pas hésité a s’inventer une ascendance pour un enjeu politique, a continuer dans son cynisme a faire disparaître dans la foulée toutes les mentions de l’affaire du test ADN sur son site Internet. “Comme tout un chacun qui est honnête avec lui-même, je sais que j’ai fait des erreurs”, avait-elle auparavant déclaré face aux associations.

Pas une erreur, mais une manipulation grossière dont elle en ressortira affaiblit y compris auprès des amérindiens qu’elle tente inlassablement de séduire au prix même d’utiliser leur douloureuse histoire à ses propres fins malhonnêtes.

Source: Huffington Post

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici