Quel est le slogan grivois que la direction du football français veut à tout prix interdire?

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Le délire orwellien n’a pas de fin et ce n’est que le début. Selon Le Parisien, de banals slogans des supporters de Rennes agitent la direction du football, il faut les interdire à tout prix. En cause? Le nom de l’adversaire suivi de “on t’encule!”, assimilé douteusement à de la haine envers les homosexuels.

Paris, Paris, on t’encule!”, entonné par les supporters rennais hier est un folklore à bannir sous la pression du lobby LGBT qui y voit une forme “d’homophobie”.

Comme le stipule l’étape 1 du protocole d’actions dont disposent désormais les officiels, les mots grivois de la rencontre Rennes – PSG ont été consignés dans un rapport, et le match aurait pu être interrompu sur ce simple prétexte.

Cela fait référence à ce match de Ligue 2 vendredi entre Nancy et Le Mans qui a subi les foudres de ce politiquement correct envahissant. Au Roazhon Park, ce folklore, en première comme en seconde période, a été bref, autour d’une vingtaine de secondes chaque fois.

Mais les maître-censeurs ne comptent pas en rester là, et le non-événement va trouver sa suite le 28 août. Ce jour-là, comme tous les mercredis, la commission de discipline de la LFP se réunit et examinera le dossier.

Le barème peut aller de rien à l’amende, ferme ou avec sursis, en passant par la fermeture partielle des tribunes notamment. Rennes devra être contraint de prendre des mesures coercitives supplémentaires pour empêcher chaque fan de s’adonner à ce qui est constitutif du rendez-vous dominical.

Un refrain qu’on entend dans tous les stades du monde, comme ce week-end à Nîmes, Bordeaux, Toulouse ou encore Lens en Ligue 2, tous feront l’objet de procédures abusives et injustes pour que la libre expression soit définitivement reléguée à la prophétie de plus en plus accomplie de George Orwell.

Source: Le Parisien

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici