Le Royaume-Uni cède au chantage de l’Iran et relâche le pétrolier iranien en espérant que Téhéran libère le sien

Grace 1, pétrolier iranien/Capture d'écran Twitter
Grace 1, pétrolier iranien/Capture d'écran Twitter

Le gouvernement de Gibraltar a autorisé le Grace 1, le pétrolier iranien arraisonné début juillet, à partir malgré une demande de dernière minute des Etats-Unis de prolonger l’immobilisation du navire qui effectuait bien sa route vers la Syrie.

Téhéran a adressé une promesse écrite à Gibraltar de ne pas livrer les 2,1 millions de barils de pétrole en Syrie conformément à l’embargo de l’Union Européenne.

Une parole dont s’est contenté Fabian Picardo, le chef du gouvernement de Gibraltar, qui s’est félicité: “Nous avons privé le régime d’Assad en Syrie de plus de 140 millions de dollars de pétrole brut”.

La décision a été prise par Anthony Dudley, le président de la Cour Suprême, qui a jugé que “le navire (n’était) plus détenu”, lors d’une audience dans l’après-midi.

Cette décision avait dû être repoussée de plusieurs heures après l’annonce surprise par le ministère public de Gibraltar d’une demande des Etats-Unis de prolonger l’immobilisation du pétrolier, déposée dans la nuit. Mais le juge Dudley n’en aurait pas été saisi.

Toutefois, rien n’empêche les Etats-Unis de reformuler leur demande d’entraide judiciaire, afin de bloquer le navire avant qu’il ne quitte les eaux territoriales de Gibraltar, dans les heures ou les jours qui viennent.

Le navire iranien est relâché par les autorités britanniques au risque de froisser son allié américain car le Royaume-Uni espère que le Stena Impero, leur pétrolier capturé par l’Iran, sera ainsi relâché en échange de leur geste.

Le Grace 1 avait été arraisonné à la demande des Etats-Unis, sur des soupçons confirmés par l’enquête, le plan de navigation du bateau montrait ainsi “une route complètement balisée depuis le Golfe persique jusqu’à Baniyas en Syrie”, selon le gouvernement de Gibraltar, la preuve que le navire iranien avait bien comme mission de ravitailler la Syrie.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici