Les Gaulois sont-ils réfractaires aux radars?

Radar tourelle/Capture d'écran Youtube
Radar tourelle/Capture d'écran Youtube

Alors que les radars détruits par les Gilets jaunes sont remplacés, plusieurs villages résistent encore et toujours à cet envahisseur…

Outil de la répression routière, le radar automatique est impitoyable, surtout depuis que les routes sont passés à 80km/h. Posté aux endroits les plus sournois pour qu’il soit le plus redoutable possible, cet auxiliaire du fisc n’est pas le bienvenu dans les villages de France.

Fin juillet, en Bretagne, quatre radars fixes ont été incendiés dans les Côtes-d’Armor, selon France 3. Cette fois l’efficacité a changé de camp, en à peine une heure, tous ont été brûlés à l’aide de pneus.

Quelques jours plus tard, deux radars tourelles, installés en début d’année, ont été recouvert de peinture rouge, l’un des deux appareils avait déjà été remplacé après avoir été une première fois ciblé quelques mois auparavant.

Tout comme en Savoir, selon le Dauphiné Libéré, installé fin juillet, un radar tourelle a subi le même sort funeste. Là aussi, la méthode a été la même, avec des pneus qui ont servi à allumer un incendie dans la nuit du mardi 13 août.

Début août, des “super radars” ont été recouvert de peinture dans l’Eure et en Corrèze, et dans l’Hérault, c’est au fusil de chasse qu’il s’est fait refroidir, selon actu.fr. Selon le Midi Libre 8 des 14 radars tourelles mis en place dans l’Aude ont déjà été détériorés ou incendiés.

Et selon France Bleu, à Chouppes, dans le Poitou, c’est un radar de chantier qui a brûlé.

Mi-juillet, le site radars-auto.com expliquait que de nombreux radars dégradés par les Gilets jaunes n’avaient pas encore été remplacés. Selon le ministre de l’Intérieur, au plus fort de la crise, 75% des appareils étaient hors service, et le nombre de morts avaient même diminué, prouvant alors l’escroquerie du gouvernement.

Source: Capital

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici