Rouen. L’installation illégale de toilettes publiques sème la discorde avec les riverains

Cathédrale de Rouen/Image officielle de la ville
Cathédrale de Rouen/Image officielle de la ville

Au pied de la cathédrale de Rouen, des toilettes publiques sèment la zizanie chez les riverains. Les nuisances qu’engendre cette installation illégale provoquent la colère des commerçants et des habitants des lieux depuis plusieurs semaines.

Depuis leur installation décrétée de manière brutale par la mairie, ces latrines ont toujours été rejetées. Une commerçante décrit les nuisances: “On voit des dizaines et des dizaines de gens faire la queue devant ces toilettes chaque jour, c’est bruyant, sale et c’est très désagréable”.

Pour Stéphanie Vallvé, propriétaire d’un appartement rue des Bonnetiers, du jour au lendemain, elle découvre un “bungalow” de WC sous ses fenêtres. Selon elle et ses voisins, les nuisances apparaissent dès le début:

“Tous les jours, de 10 heures à 16 heures, ce sont les touristes qui arrivent par cars entiers de la Halle aux Toiles, ils font beaucoup de bruit; de 20 heures à 22 heures, ça commence à être fréquenté par des personnes malfamées… J’observe aussi des trafics de stupéfiants derrière le bâtiment”.

Kader Chekhemani, l’adjoint de quartier nommé par la mairie, justifie cet emplacement par la fréquentation touristique du lieu: “Je sais bien que personne n’en veut sous ses fenêtres, mais c’est toujours difficile de concilier l’intérêt général et l’intérêt particulier”.

Dans leur contestation, les opposants demandent à consulter le permis d’aménagement déposé par la Ville de Rouen. “Mais surprise, nous découvrons que le permis n’est pas consultable puisque l’instruction du dossier n’est pas terminée. Ce bloc de toilettes publiques, à ce moment-là, n’a pas d’existence légale!”, s’insurge Stéphanie Vallvé.

Interrogé par 76 actu, Kader Chekhemani avoue les faits: il n’y avait pas de permis. “Les pouvoirs publics devraient être logés à la même enseigne que les particuliers, surtout parce qu’ils utilisent l’argent public. Donc pas de permis, pas d’aménagement et pas de construction”.

Les pouvoirs publics en profitent toujours pour déroger aux règles qu’ils établissent et auxquelles ils assujettissent l’ensemble des citoyens.

Source: 76 Actu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici