Scandale d’Etat! Les services secrets ont pactisé avec les terroristes musulmans qui ont perpétré l’attentat de la rue des Rosiers en 1982

Attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982/Capture d'écran Facebook
Attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982/Capture d'écran Facebook

Il y a 37 ans jour pour jour, la France était victime d’un attentat particulièrement sanglant dans un restaurant Jo Goldenberg, figure du quartier juif de Paris, le bilan est de 6 morts et 22 blessés. Les services secrets ayant retrouvé les auteurs, ont ensuite lâchement négocié avec les terroristes.

Ce pacte secret est désormais connu de tous depuis que l’ancien patron de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) Yves Bonnet l’a avoué le 30 janvier dernier devant un juge chargé d’enquêter sur l’attentat de la rue des Rosiers.

“On a passé une sorte de deal verbal en leur disant: Je ne veux plus d’attentat sur le sol français et en contrepartie, je vous laisse venir en France, je vous garantis qu’il ne vous arrivera rien.”

Les autorités françaises ont donc pactisé avec les terroristes du groupe Abou Nidal, dissident du Fatah de Yasser Arafat. Sur procès-verbal, Yves Bonnet confirme un “engagement donné aux représentants d’Abou Nidal de ne pas être poursuivis en France”.

Le pacte est scellé. “Et ça a marché, il n’y a plus eu d’attentats à partir de fin 83, en 84 et jusqu’à fin 1985”, se satisfait Yves Bonnet en audition, qui réfute le terme de “collaboration” et préfère celui de “non-agression”.

Assumant complètement cette politique munichoise et cynique: “Après qu’ils commettent des attentats en Italie, par exemple, ça ne me regardait pas tant qu’il n’y avait rien sur le sol français.” Courageux!

Officiellement “l’Elysée ne savait rien”, mais Gilles Menage, le directeur de cabinet de François Mitterrand savait tout. Difficile de croire que le président l’ignorait…

Les victimes sont à juste titre révoltées que le gouvernement ait pu négocier avec les terroristes, et quel accord, pouvoir venir en France tranquillement du moment qu’ils ne tuent plus personne, oubliant au passage les nombreuses victimes de ces barbares, dans la rue des Rosiers et ailleurs dans le monde.

L’avocat des parties civiles Me Avi Bitton s’insurge: “Il faut qu’une enquête parlementaire soit créée et pas uniquement sur le dossier de la rue des Rosiers. De tels pactes ont-ils été noués avec d’autres organisations? C’est possible lorsqu’on voit les agissements de l’entreprise Lafarge en Syrie …”

Yohann Taieb, proche d’une victime exprime sa colère: “C’est une honte. Imagine-t-on les services secrets négocier aujourd’hui avec Daech?”

Il est évident que cette lâcheté qui gangrène nos institutions jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, a dû enfanter plein d’autres redditions et soumissions de ce genre à la terreur, une telle collaboration avec l’ennemi est un véritable scandale!

Source: Le Parisien

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici