La Pologne honore ses héros de la Seconde Guerre mondiale. Un tollé des médias, de la gauche et de la communauté juive!

Les soldats de la Brigade des montagnes de la Sainte-Croix/IPN
Les soldats de la Brigade des montagnes de la Sainte-Croix/IPN

Des cérémonies, organisées sous le patronage du président polonais Andrzej Duda, se tiennent à l’occasion du 75e anniversaire de la création de Brygada Swietokrzyska (Brigade des montagnes de la Sainte-Croix), une unité de la résistance polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le patronage présidentiel, annoncé la semaine dernière, a provoqué de vives critiques dans certains médias politiquement corrects et chez les hommes politiques de gauche.

En effet, Brygada Swietokrzyska a fait partie des Forces armées nationales (NSZ), importante organisation militaire clandestine nationaliste et anticommuniste qui pendant la Seconde Guerre mondiale a combattu non seulement le Reich nazi, mais également l’Armée rouge et les partisans communistes, soviétiques ou polonais.

Face à l’arrivée de l’Armée rouge en Pologne, cette unité, qui comptait à l’époque entre 850 et 1 400 hommes, a décidé de rejoindre les forces alliées anglo-américaines en se déplaçant entre les lignes du front.

En effet, l’arrivée des Soviétiques, loin d’être une libération, signifiait pour ces patriotes polonais une déportation au Goulag, voire une mort certaine par balles. Ils ont donc conclu des accords ponctuels avec certaines unités de la Wehrmacht, ce qui leur a permis de passer, armes et bagages, en territoire tchèque où ils ont pu rejoindre les forces américaines du général Patton.

C’est cet épisode qui sert aujourd’hui de prétexte à ses détracteurs, pour brandir contre la brigade l’accusation de collaboration avec les nazis. Une accusation entièrement fantasque et sans fondement car aucune action militaire conjointe avec les Allemands ne peut leur être reprochée.

Au contraire, une fois les lignes du front passées, la brigade a repris les armes contre les Allemands en libérant notamment  le camp de concentration de Holysov, le 5 mai 1945, où plusieurs centaines de femmes déportées, françaises, polonaises ou juives, ont pu être sauvées de la mort.

Le 6 mai 1945, la brigade prit contact avec la troisième armée américaine du général Patton. Dès le lendemain, la brigade a combattu aux côtés des troupes de la 2e Division d’infanterie américaine, notamment dans l’assaut qui a libéré la ville tchèque de Plzen.

Après la capitulation du Reich, les soldats de la brigade ont vu leur qualité de combattants alliés confirmée. La plupart de ses membres, dans l’impossibilité de retourner en Pologne occupée par les Soviétiques, ont continué à servir dans des unités auxiliaires des troupes américaines d’occupation en Allemagne.

Ces “soldats maudits” dont le souvenir a été effacé pendant 40 ans du régime communiste, en Pologne, peuvent aujourd’hui retrouver la place qui leur est dû dans le panthéon national.

En février 2018, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a été le premier responsable polonais à déposer des fleurs sur les tombes des soldats de la Brigade près de Munich, provoquant un tollé de la gauche en Pologne, ainsi que chez certains responsables de la communauté juive. Il en est de même cette fois-ci.

Ainsi, le grand rabbin de Pologne s’est indigné mercredi et a rejeté avec véhémence l’invitation qui lui a été faite par le ministre des Anciens combattants. “L’organisation de ces cérémonies est une insulte à la mémoire de tous les citoyens polonais tués dans la lutte contre les Allemands. Je considère comme une insulte personnelle le fait d’être invité à y participer. Shalom“, a-t-il déclaré au quotidien de gauche Gazeta Wyborcza.

Pour le grand rabbin, “il y a beaucoup d’autres héros polonais, nous n’avons pas besoin de choisir ceux-là“, a-t-il dit, évoquant à nouveau “un certain niveau de collaboration” de la Brigade avec les Allemands, et qualifiant les cérémonies de “révisionnisme historique dangereux“.

Il faut donc en substance que la mémoire nationale polonaise s’aligne sur les critères imposés arbitrairement par le point de vue des certains responsables de la communauté juive, elle-même divisée sur le sujet.

Quant à la gauche polonaise, son but dans cette affaire est tout simplement électoraliste. Face au succès, notamment économique, du gouvernement de droite, elle agite encore l’épouvantail de l’extrême-droite.

Source: AFP/FL24

1 COMMENTAIRE

  1. jeśli człowiek ratuje jedno życie, to jest tak, jak gdyby uratował cały świat” (Talmud Babiloński, Sanhedryn, 37a – uratowali zydowki z obozu w czechoslowacji to spelnili wymog si un homme sauve une vie, c’est comme s’il sauvait le monde entier “(Talmud Babylonien, Sanhédrin, 37a – ils ont sauvé des Juifs du camp de Tchécoslovaquie, ils ont satisfait à l’exigence

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici