Les terroristes d’hier et de demain arrivent dans votre voisinage. Sans même que vous le sachiez…

Image d'illustration/Capture d'écran YouTube
Image d'illustration/Capture d'écran YouTube

Selon le JDD de ce dimanche 4 août, la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) a ouvert des structures de “déradicalisation” en toute discrétion pour éviter l’opposition des riverains. Déjà habitué à se voir imposer des centres de migrants comme voisins, c’est maintenant au tour des terroristes.

Dépassé par les événements, les autorités ne savent gérer les islamistes qui sont où veulent passer à l’action. Ils placent les plus voyants d’entre-eux dans des centres dédiées à les “déradicaliser”, comprenez à leur expliquer que c’est pas bien de vouloir imposé l’Islam par la terreur.

Le premier dispositif de ce type est testé à Paris depuis l’automne 2016. Et après Marseille l’an dernier, un troisième centre a ouvert à Lyon en juillet (le quatrième verra le jour à Lille le 7 octobre).

Le dispositif, piloté par l’association Artemis, se prénomme Pairs (programme d’accueil individualisé et de réaffiliation sociale) toute une novlangue pour simplement comprendre que les pouvoirs publics croient naïvement pouvoir convaincre avec la pauvreté de leur argumentation, le mal intrinsèque de la démarche de ces barbares.

L’idée est d’identifier les facteurs qui ont conduit à la violence extrémiste, les motivations et les risques que présente l’individu. Des facteurs qui ne seront jamais apparenté à l’Islam qui est bel et bien pourtant le moteur de la haine qui les motive.

L’Islam est le dénominateur commun de la diversité de ces profils. À Marseille par exemple, le centre s’occupe d’une maman rentrée de Syrie avec ses enfants tout comme d’un homme dont la peine de prison a été aménagée.

Des “travailleurs sociaux, des éducateurs, un psychologue et une médiatrice interculturelle et religieuse” les rencontrent dans “des lieux d’accueil situés en centre-ville et même parfois en plein air”. Rassurant.

Le dispositif pourrait être étendu à d’autres villes après 2020. Encore plus rassurant…

Source: Le Progrès

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici