Attentat islamique déjoué! Les terroristes organisaient leur attaque depuis la prison

Maison centrale de Saint-Maur/Capture d'écran Twitter
Maison centrale de Saint-Maur/Capture d'écran Twitter

Selon les informations du Parisien, un projet d’attentat a été déjoué la semaine dernière, trois personnes en était à l’origine, un djihadiste revenu de Syrie, un prêcheur islamiste converti, et un ancien légionnaire. Tous s’étaient connus en prison.

Selon les sources du Parisien, la police est convaincu que les trois hommes envisageait un attentat dès la sortie de prison du djihadiste de Syrie, qui devait survenir en août. Les trois suspects ont été mis en examen vendredi 26 juillet pour “association de malfaiteurs terroriste criminelle” et écroués.

Deux suspects étaient déjà en prison lors de leur interpellation, le dernier était sorti en début d’année. L’enquête reste imprécise à ce stade, et plusieurs cibles auraient été envisagées par le groupe, de simples passants, à des gardiens pénitenciers, ou encore même des institutions.

Les suspects ont nié les accusations et ont gardé le silence. Les enquêteurs ont retrouvé des armes de fabrication artisanale et un miroir brisé dans leurs cellules.

Le djihadiste de 32 ans purgeait une peine de six ans après avoir passé six mois en Syrie dans les rangs du Front Al-Nosra en 2014, durant son séjour il a reçu une formation, et sait utiliser un fusil d’assaut type AK-47. En détention, il semblait s’être “rangé”.

La police pense que c’est le jeune converti de 27 ans qui était l’organisateur du projet. Il était en prison pour “apologie du terrorisme”, ses appels à la prière et autres troubles en prison, a provoqué plusieurs fois son changement de pénitenciers, à trois reprises pour être précis.

Le prêcheur avait côtoyé le djihadiste à Châteaudun et l’ex-militaire à Toulon entre 2016 et 2019.

Par son comportement il a attiré la surveillance du bureau central du renseignement pénitentiaire (BCRP) qui place sa cellule sur écoute. Et ces écoutes révèlent que le prêcheur hurlait des messages à l’attention du djihadiste: “Sois patient mon frère, tu verras”.

Selon les enquêteurs, le djihadiste devait retrouvé l’ancien militaire de 21 ans, islamiste et prosélyte, qui devait lui fournir des armes. Sa sortie imminente a contraint les enquêteurs à les appréhender. La suite de l’enquête doit préciser les motivations réelles et le rôle de chacun des complices.

Même depuis la prison les islamistes arrivent à organiser des attentats, la situation est hors de contrôle, et il suffirait de peu choses pour que la prochaine fois nous n’ayant pas cette chance.

Source: Le Parisien

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici