Viol à Pontivy. Le cardiologue congolais reste en détention à cause du risque de fuite vers le Congo

Robes d'avocat. Image d'illustration/Wikimedia Commons
Robes d'avocat. Image d'illustration/Wikimedia Commons

Pour la troisième fois, le docteur M’Bey, cardiologue de Pontivy a demandé, devant la chambre d’instruction de Rennes sa remise en liberté. Mis en examen pour viol, sa demande a été rejetée.

Jeudi 26 juillet 2019, le docteur M’Bey, âgé de 58 ans, cardiologue de Pontivy (Morbihan), mis en examen et placé en détention provisoire le 15 novembre 2018 pour viol, a de nouveau présenté, devant la chambre de l’instruction de Rennes, une demande de remise en liberté, la troisième.

Le médecin exerçant à Pontivy est suspecté d’avoir violé une patiente de 21 ans. Au cours d’un rendez-vous médical, le samedi 28 octobre 2018, dans son cabinet, le praticien lui a administré un médicament hypnotique pour la détendre avant un rapport sexuel, consenti, d’après lui. La jeune femme “n’était pas dans un état comateux”.

Depuis son incarcération, d’autres patientes se sont manifestées auprès de la gendarmerie, chargée de l’enquête. Elles ont relaté un comportement inapproprié lors de consultations à son cabinet ou à l’hôpital où il exerçait également. Tutoiement, invitation à dîner ou à l’accompagner le week-end en séminaire, proposition de rendez-vous en tête à tête…

L’avocat général a évoqué quatre raisons pour maintenir le prévenu en détention. “Le risque de pressions sur les témoins, le risque de réitération, l’absence de garanties de représentation et le risque de fuite vers le Congo, son pays d’origine ainsi que le risque, pressent et exceptionnel de trouble à l’ordre public en sa qualité de médecin“.

Malgré la contestation de cet argumentaire par les avocats du Congolais, le tribunal, suivant les réquisitions de l’avocat général, a rejeté la demande de remise en liberté.

Source: Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici