Les classes populaires sont chassées de Paris, elles ne représentent plus que 5% du marché immobilier

Paris/Pixabay
Paris/Pixabay

Selon une récente étude des notaires du Grand Paris. Près de 90% des acquisitions de logements anciens à Paris sont le fait des catégories socioprofessionnelles supérieures. Les employés et ouvriers ne pèsent plus que 5% des transactions contre 15% en 1998.

Le nombre de CSP+ augmente dans la capitale, ils représentaient 69% des transactions de logements anciens à Paris en 1998, et représentent 86% en 2018. Ces catégories socio-professionnelles sont déjà sur-représentées en Ile-de-France, et ils sont désormais encore plus concentrés qu’avant.

Pendant ce temps, la part des employés et ouvriers qui s’achètent leur logement n’a cessé de s’effondrer en 20 ans à Paris mais également dans dans toute l’Île-de-France.

Chassés par les prix sur toute cette période, leur proportion a été divisée par trois dans la capitale, passant de 15% à 5% et diminuait de 27% à 19% sur l’ensemble de l’Île-de-France.

En d’autres termes, les classes populaires n’ont plus les moyens d’acheter des biens immobiliers de la capitale et sont donc contraint de s’éloigner de Paris.

Tout ce terrain perdu est gagné par les CSP+, particulièrement les cadres. Ce qui aboutit a une uniformisation sociale qui se renforce, puisqu’il “est de plus en plus fréquent de voir un couple de cadres tous les deux actifs devenir propriétaires” selon l’étude.

La part des “couples” où les deux acquéreurs font partie des catégories socioprofessionnelles les plus favorisées est en augmentation constante, sur l’ensemble de la région (de 49% en 2014 à 56% en 2018) mais surtout dans la capitale (de 67% en 2014 à 76% en 2018).

C’est assez ironique de voir que les bobos parisiens qui se font les apôtres de la diversité sociale sont les premiers à la fuir, et à établir dès qu’ils le peuvent une uniformisation sociale.

Paris devient un temple bobo, chassant les pauvres, vivant entre-soi, qui dirige la France périphérique selon ses desiderata tout en ne subissant jamais les conséquences lointaines de ses décisions protégée par le périph garantie par son milieu social.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici