Dictature! Près de 1 400 manifestants arrêtés à Moscou pour avoir réclamé des élections libres

La Place Rouge à Moscou/Wikicommons
La Place Rouge à Moscou/Wikicommons

Il ne fait pas bon être un opposant au pouvoir en Russie. Samedi 27 juillet, un rassemblement de l’opposition était organisé à Moscou pour réclamer des élections libres. Le pouvoir de Vladimir Poutine a répondu par l’arrestation de plus d’un milliers de dissidents.

Selon les chiffres officiels de la police de Moscou, quelques 3500 personnes, dont environ 700 journalistes professionnels et blogueurs, étaient présentes à la manifestation.

Toujours selon la police, il y a eu 1074 arrestations “pour des infractions diverses”. Mais selon l’ONG OVD-Info spécialisée dans le suivi des manifestations, il y en a eu 1373, soit le plus grand nombre d’arrestations depuis le mouvement de contestation de 2012 contre le retour au Kremlin de Vladimir Poutine.

La manifestation de samedi, devant la mairie de Moscou, intervenait après un rassemblement ayant réuni 22.000 personnes le dimanche précédent, du jamais vu depuis la contestation de 2012.

Plusieurs figures de l’opposition avaient déjà été interpellées dans la matinée avant le rassemblement.

Les domiciles et les permanences de plusieurs candidats exclus avaient été perquisitionnés par avance et, mercredi, l’opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny avait été renvoyé en prison pour 30 jours pour des infractions aux “règles des manifestations”.

Le prétexte avancé par le pouvoir est une enquête pour “entrave au travail de la Commission électorale” de Moscou au cours de manifestations mi-juillet.

La menace est réelle, puisque les arrestations peuvent aboutir à des peines atteignant cinq ans de prison, rappelant les sévères condamnations prononcées au moment du mouvement de 2011-2012 contre le retour à la présidence de Vladimir Poutine.

L’enregistrement d’une soixantaine de candidats aux élections du Parlement de Moscou a été rejeté, officiellement en raison de vices dans la collecte des signatures nécessaires pour se présenter.

Des participants indépendants exclus du scrutin ont dénoncé des irrégularités fabriquées selon eux de toutes pièces et ont accusé le maire loyal au pouvoir, Sergueï Sobianine, de vouloir étouffer l’opposition.

Source: Le Figaro

4 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici