Banalisation du terrorisme. L’élue démocrate Ilhan Omar déclare que les Américains devraient “craindre davantage les hommes blancs” plutôt que le terrorisme islamique

Ilhan Omar/wikicommons
Ilhan Omar/wikicommons

Ilhan Omar, la député islamiste au Congrès américain était l’invitée de la chaîne du Qatar, Al-Jazeera, faisant suite à une question sur le terrorisme islamique qui suscite naturellement la défiance de l’Islam chez les Américains. L’élue extrémiste a déclaré que les Américains devraient “craindre davantage les hommes blancs” banalisant ainsi les attentats islamiques.

Dans l’interview, l’animateur d’Al Jazeera déclare que certains conservateurs américains estiment que la “montée de l’islamophobie” s’explique non par la haine mais par une “peur légitime, disent-ils” de l’islam, avant d’énumérer un certain nombre d’attentats terroristes islamiques.

Dans un élan de subversion ultime, Ilhan Omar a jeté sans complexe l’opprobre sur la population blanche américaine: “Je dirais que notre pays devrait craindre davantage les hommes blancs parce qu’ils sont à l’origine de la plupart des décès dans ce pays”.

Pratiquant l’inversion accusatoire, elle a continué: “Si la peur devait être le moteur des programmes politiques visant à assurer la sécurité des Américains, nous devrions donc surveiller et créer des politiques pour lutter contre la radicalisation des hommes blancs”.

Qu’une élue radicale se permette de dénoncer “la radicalisation des hommes blancs” est particulièrement ignoble, surtout quand ça lui permet de disculper la violence de l’Islam dans la défiance légitime envers cette religion.

Avec cette énième provocation, elle ne fait que redonner encore raison à Donald Trump qui avait dénoncé son attitude anti-américaine et antisémite.

Le parti démocrate est devenu plus que jamais la poubelle de toutes les haines anti-capitaliste, anti-américaine, anti-blanche, anti-juive, etc…

Source: New York Post/FoxNews

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici