Fontainebleau. Un Afghan de 18 ans logé par la Croix-Rouge agressait sexuellement les femmes dans le parc du château

Le maire de Fontainebleau accueille les
Le maire de Fontainebleau accueille les "migrants" dans une caserne désaffectée/DR

Un immigré clandestin afghan, âgé de 18 ans, a été interpellé par la police jeudi et placé en détention provisoire. “Mû par des pulsions”, il est suspecté d’avoir agressé sexuellement deux jeunes femmes et une fillette de 14 ans dans le parc du château de Fontainebleau.

Entre le 16 et le 27 juin, ce immigré afghan a agressé sexuellement deux jeunes femmes et une adolescente de 14 ans, dans le parc du château de Fontainebleau, pourtant fréquenté par des milliers de touristes et prisé des Bellifontains.

Il s’approchait des victimes et leur parlait en mélangeant l’anglais et le français. Il essayait de les embrasser tout en essayant de les caresser sur les cuisses, les fesses et le sexe à travers les vêtements“, selon un enquêteur

Les policiers et les gardiens du château ont tenté d’appréhender l’auteur des faits à partir d’un portrait robot confectionné avec les témoignages des victimes.

Isabelle de Gourcuff, l’administratrice générale du château explique la difficulté: “Nous ne pouvons pas sécuriser l’ensemble du parc, notamment la partie de l’autre côté de l’avenue des Cascades. Les jardins et le parc s’étalent sur 110 ha, dont 80 ha pour le parc ouvert tout le temps.”

Cette partie du parc, avec notamment les prairies le long du Grand canal, est très fréquentée par des visiteurs, notamment des lycéens et étudiants qui viennent pique-niquer aux beaux jours.

C’est finalement l’une des victimes qui a reconnu son agresseur, toujours dans le parc, et qui a prévenu le commissariat. Une équipe d’intervention dépêchée sur place a réussi à appréhender l’Afghan après une course-poursuite.

Déféré vendredi au tribunal de Fontainebleau, l’agresseur devrait être placé en détention provisoire dans l’attente d’une comparution immédiate lundi, si le juge des libertés suit la requisition du parquet

Le suspect, inconnu de la justice, fait partie de quelques deux cents migrants hébergés sous les auspices de la Croix-Rouge à l’ancienne caserne Damesme à Fontainebleau. Ce contingent a été imposé à la ville il y a trois ans par la préfecture, quasiment sans concertation avec la population et avec la complicité du maire, Frédéric Valletoux, membre des Républicains, récemment passé chez Agir (centre-droit macroniste).

Source: Le Parisien/FL24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici