Rien ne va plus au Proche-Orient! L’Autorité Palestinienne cesse d’appliquer les accords avec Israël

Image d'illustration/Wikicommons
Image d'illustration/Wikicommons

La décision explicite est survenue lors d’un discours à Ramallah, ce jeudi, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré: “Nous annonçons la décision de la direction (palestinienne) de ne plus appliquer les accords signés avec Israël”.

Une vieille menace des responsables palestiniens qui avaient déjà menacé dans le passé de cesser d’appliquer les accords avec Israël, mais c’est la première fois que M. Abbas l’annonce lui même de manière aussi directe.

Il a ajouté que la direction palestinienne allait mettre en place immédiatement un comité chargé d’étudier comment mettre en œuvre cette décision.

Israël et les Palestiniens sont liés par des accords bilatéraux dans des domaines allant de la gestion de l’eau à la sécurité.

Si les Palestiniens cessent de les appliquer, cela pourrait avoir des conséquences notamment sur la sécurité en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Le Conseil palestinien avait approuvé en 2015 la fin de la coopération sécuritaire mais le vote était resté lettre morte.

La coopération entre services de sécurité palestiniens et israéliens passe pour avoir permis de déjouer des dizaines d’attentats anti-israéliens. Les Israéliens assurent que l’Autorité palestinienne y trouve son compte avec le maintien de la stabilité.

Jouant les éternelles victimes, Mahmoud Abbas a condamné les démolitions de logements de Palestiniens par Israël cette semaine, estimant qu’elles constituent une “dangereuse escalade contre le peuple palestinien sans défense”.

Durant son discours de jeudi, il n’a pas hésité à s’adonner à la surenchère provocatrice, pour lui ces destructions “peuvent seulement être qualifiées de nettoyage ethnique et de crime contre l’humanité”.

En réalité derrière tout cet énième sketch signé Pallywood, il n’y a qu’une simple histoire de pognon.

En effet, en février, Israël avait annoncé le blocage de 500 millions de shekels (122 millions d’euros) sur le montant total reversé à l’Autorité palestinienne au titre de la TVA et des droits de douane prélevés par l’Etat hébreu sur les produits importés par les Palestiniens.

Ces taxes représentent 65% des recettes de l’Autorité censée préfigurer un Etat palestinien. Mahmoud Abbas avait alors refusé de toucher l’argent sans les sommes manquantes, livrant l’Autorité palestinienne à une grande difficulté.

La décision israélienne était une sanction en réponse au versement par l’Autorité palestinienne d’allocations aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués pour avoir commis des attaques anti-israéliennes.

Source: L’Obs

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici