Choc! Un policier pète les plombs et menace sa compagne avec son arme de service

Sig Sauer/wikicommons
Sig Sauer/wikicommons

Un gardien de la paix, au commissariat de Lobau, à Nancy est poursuivi pour une multitude d’infractions liées à une séparation douloureuse : violences, menaces de mort et harcèlement.

En avril dernier, sa concubine, mère de leurs deux enfants, s’est présentée à la police, a dénoncé ce qu’elle aurait subi depuis plusieurs mois. Des insultes, des coups de pied, de poing, des tirages de cheveux mais aussi, à partir d’août 2018, un harcèlement constant et surtout des menaces de mort.

La femme assure que son compagnon l’a gazée à deux reprises, qu’il lui a mis un couteau sous la gorge, l’a aussi braquée avec son arme de service en hurlant “Tu crois que je n’en suis pas capable ?”

La compagne a conservé des textos menaçants. Sur l’un d’eux, le policier lui promet de lui mettre “une balle dans les genoux, les mains, les épaules, les seins. Puis je te finis avec une balle en t’ouvrant la bouche!”.

Elle a aussi enregistré certaines conversations. Sur l’un d’eux, l’IGPN relève qu’on entend un “bruit de culasse”, qui fait froid dans le dos. Entendu, le policer explique qu’il s’agit d’une bombe de “peinture rouge”, qu’il utilise lorsqu’il se rend sur des accidents et que le bruit émis est celui “de la petite bille qui se trouve à l’intérieur”.

“Je regrette et je m’excuse”, s’exclame le policier. Le procureur requiert le mandat de dépôt, en attendant l’audience du 27 septembre puisque le prévenu a demandé un délai “pour préparer sa défense”.

“Trop, c’est trop !”, tonne le ministère public. “Ce policier est allé trop loin, a donné le mauvais exemple”. Conseil du policier, Me Grandclaude penche pour un contrôle judiciaire. “Je ne pense pas qu’il va prendre la fuite…”.

Le tribunal en décide autrement: le gardien de la paix est écroué sur-le-champ.

Source: L’Est Républicain

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici