Surprenant! Une famille australienne refuse de payer ses impôts “car c’est contraire à la volonté de Dieu”

Le Christ sauveur/pixabay
Le Christ sauveur/pixabay

Une famille de confession chrétienne a été condamnée à verser 2,3 millions de dollars à l’Australian Taxation Office après avoir omis de payer leurs impôts durant plusieurs années. Leur défense ? S’acquitter de taxe serait “contraire à la volonté de Dieu” rapporte ABC News Australia ce jeudi 18 juillet.

Ce mercredi, Fanny Beerepoot et son frère Rembertus étaient traînés devant la Cour suprême de Tasmanie pour avoir refuser de payer un montant estimé à 930 000 dollars en impôts sur le revenu et autres frais en 2017.

Rembertus Beerepoot a déclaré pour leur défense que la loi fiscale australienne était “contraire à la Loi du Dieu tout-puissant”. Sa sœur a quant à elle déclaré à la barre: Nous comptons sur les bénédictions que nous recevons de Dieu et sur celles que nous lui donnons en retour, non en une entité extérieure tel que le service des impôts.”

Se défendant eux-mêmes, la fratrie a dit à la cour avoir déjà payé l’impôt sur le revenu avant 2011, mais qu’une relation spirituelle plus profonde les a fait réaliser plus tard que payer des impôts était “contraire à la volonté de Dieu”. Il y a deux ans, leur propriété de 2,44 hectares a été spolié par le conseil de la vallée de Meander parce qu’ils n’avaient pas payé leur taxe d’habitation annuelle de 3 000 dollars, et cela depuis sept années durant.

Ils sont même allés jusqu’à envoyer une lettre à la reine Elisabeth II ainsi qu’au Premier ministre australien au mois de juin, les invitant à remettre en question la juridiction fiscale et le bien-fondé de la législation.

Nous esti­mons que la Cons­ti­tu­tion affirme que le Common­wealth est sujet à la loi divine, et que la loi de Dieu Tout-Puis­sant est la loi suprême de ce pays, s’est encore défendu Rembertus Beere­poot. Nous ne possédons rien puisque nous sommes à lui [Dieu].”

Le juge, imperméable et ignorant la philosophie chrétienne a condamné la famille à payer un total de 2,325 millions de dollars pour couvrir leur dette fiscale, les frais administratifs, les intérêts et les dettes de leur compte courant.

Source: L’Obs