Toulouse: deux enseignants à la fac du Mirail exclus définitivement pour “harcèlement sexuel et moral”

Université Jean-Jaurès au Mirail, à Toulouse/Wikimedia Commons
Université Jean-Jaurès au Mirail, à Toulouse/Wikimedia Commons

Ces deux professeurs avaient été suspendus provisoirement mi-mai, le temps de l’enquête. Ils sont désormais exclus définitivement de l’enseignement supérieur pour des faits de “harcèlement sexuel et moral” à l’encontre de plusieurs étudiantes. On parle de “16 témoignages d’étudiantes et d’étudiants”.

La décision “est exécutoire immédiatement”, selon la direction de l’établissement. Cependant les enseignants sanctionnés peuvent encore faire appel devant le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), une juridiction administrative placé auprès des ministres chargés de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Au terme des instructions par les commissions disciplinaires, chacun des enseignants a été reconnu coupable de pratiques pédagogiques contraires à la déontologie de l’enseignant, ayant eu pour conséquence de placer les étudiantes dans une situation de harcèlement moral et sexuel“, indique l’Université Jean-Jaurès dans un communiqué.

L’enquête menée par la direction de l’établissement sur des faits dénoncés par un syndicat étudiant toulousain UET (Union des étudiants de Toulouse, extrême gauche) avait abouti, mi-mai, à la suspension à titre provisoire de deux enseignants incriminés. Désormais, ils sont exclus définitivement.

L’interdiction définitive d’exercer des fonctions d’enseignement ou de recherche dans tout établissement public d’enseignement supérieur constitue “la sanction la plus lourde” que l’on puisse prononcer envers un enseignant.

Selon les représentants de l’UET “c’est un travail qui aboutit aujourd’hui“. Pendant un an ce syndicat a “recueilli 16 témoignages d’étudiantes et d’étudiants“.

C’est un soulagement pour les victimes, qui n’auront plus à subir les agissements de ces deux enseignants. C’est une victoire pour toutes celles et ceux qui se battent pour la reconnaissance du harcèlement sexuel et moral à l’université, et contre les violences sexistes.

L’Université Toulouse Jean-Jaurès (anciennement Le-Mirail) est connu pour avoir une nette orientation à gauche, voire extrême-gauche, tant dans le corps enseignant que chez les étudiants politisés.

Source: Sud-Ouest/Facebook

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici