Trump seul contre tous, défend son pays! Les démocrates soutiennent leurs extrémistes “Cela signifie qu’ils soutiennent le socialisme, la haine d’Israël et des Etats-Unis!”

Donald Trump/Wikimedia Commons
Donald Trump/Wikimedia Commons

Suite à ses tweets invitant certaines élues démocrates ouvertement anti-américaines à “rentrer” dans leurs pays d’origine au lieu de semer le trouble et le chaos aux Etats-Unis, le président Trump est une nouvelle fois lynché par la meute politico-médiatique. D’un flegme à tout épreuve, il persiste et signe la tête haute.

C’est la horde qui s’abat sur le 45e président américain après ses tweets dénonçant le caractère honteux de quatre élues démocrates extrémistes. Un lynchage politico-médiatique en règle, une conjuration de démocrates, mais aussi des lavettes du Royaume-Uni comme la perdante Teresa May sur le départ, et les candidats à sa succession : le ministre des affaires étrangères Jérémy Hunt et l’ancien maire de Londres Boris Johnson. Bien entendu la dhimmi Jacinda Ardern, premier ministre de la Nouvelle-Zélande n’a pas manqué à tout ce charivari.

Deux sénateurs républicains ce sont même fourvoyés dans ce triste spectacle. La présidente démocrate de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi a même poussé le vice en demandant le vote d’une résolution au Congrès pour condamner les propos du président des Etats-Unis.

Trump qui reste inflexible dans la tempête en a rajouté une couche lundi : “Ce groupe de quatre personnes (…), elles se plaignent constamment” a rappeler justement Le Donald depuis les jardins de la Maison Blanche à l’occasion d’un événement célébrant les produits “Made in America”.

Rétablissant la cause de ses critiques, il rappelle: “Ce sont des gens qui haïssent notre pays. Elles lui vouent une haine viscérale”. Sur quoi le président réitère son invitation : “elles peuvent partir si elles veulent.”

Interpellé par un journaliste qui lui demandait si cela le dérangeait que nombre de gens trouvent ses tweets racistes, le président a répondu en toute bonne fois : “Cela ne me dérange pas car beaucoup de gens sont d’accord avec moi.” Et c’est encore jusqu’à présent suffisamment de gens qui l’ont élu et qui le rééliront.

L’ingratitude de ces journalistes est éléphantesque, le fameux président est si raciste qu’environ un tiers des latino-américains ont voté pour lui malgré la désinformation et la déformation de ses propos sur l’immigration illégale. Quant aux afro-américains, il leur a fait le plus grand présent que l’Amérique leur ai fait depuis la fin de la ségrégation, le taux de chômage des Noirs aux Etats-Unis est le plus bas de toute son Histoire. Un président aussi raciste que ça, c’est une bénédiction pour les afro-américains, mais certes pas pour les afro-anti-américains.

Il est certain que le président américain est toujours le catalyseur de la haine anti-occidentale et qu’il plus facile de s’indigner de son indignation envers ces quatre extrémistes haineuses plutôt que de dénoncer leurs propos scandaleux, que ce soit la défense de la dictature vénézuélienne de Alexandria Ocasio-Cortez ou bien encore les déclarations ouvertement antisémites d’Ilhan Omar.

Devant cette défense inconditionnelle et sectaire des démocrates de leurs élues anti-américaines, le président en a très justement conclu: “Cela signifie qu’ils soutiennent le socialisme, la haine d’Israël et des Etats-Unis!”

Source: AFP, Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici