Notre-Dame de Paris. Le parlement adopte la loi censée faciliter les travaux de reconstruction de la cathédrale

Notre-Dame de Paris/Wikimedia Commons
Notre-Dame de Paris/Wikimedia Commons

Les députés ont définitivement voté mardi le projet de loi censé faciliter les travaux de reconstruction, ainsi que leur financement, de la cathédrale Notre-Dame de Paris, gravement endommagée par un incendie le 15 avril dernier.

Le texte, qui fixe le cadre du futur chantier ainsi que le statut des dons, a été adopté à une large majorité des suffrages exprimés, par 91 voix pour et huit contre.

Rédigés dans l’urgence, les neuf articles entérinent une souscription nationale ouverte rétroactivement à compter du 16 avril 2019 “pour la conservation et la restauration de la cathédrale”, dont la destruction partielle par les flammes a ému le monde entier.

Face aux contestations, les parlementaires ont revu l’article 9 relatif aux dérogations, finalement limitées, sur les règles d’urbanisme et de protection de l’environnement afin d’accélérer les travaux.

Il introduit un dispositif fiscal accordant une réduction d’impôts de 75% dans la limite de 1000 euros pour les particuliers donateurs.

Nous devions nous montrer à la hauteur de l’élan de générosité pour Notre-Dame de Paris”, a déclaré juste avant le vote le ministre de la Culture, Franck Riester. “Je veux le redire aux donateurs: vous ne serez pas trahis : vos dons iront à Notre-Dame. Un comité de contrôle sera mis en place”, a rassuré le ministre face à des nombreux doutes.

La souscription publique est placée sous la haute autorité du président Emmanuel Macron, qui a donné cinq ans pour reconstruire la cathédrale, dont l’Etat est propriétaire.

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a évalué la semaine dernière à 38 millions d’euros l’argent effectivement dans les caisses des fondations chargées de collecter les dons pour financer les travaux de réfection de Notre-Dame. Loin des 850 millions de promesses de dons annoncés mi-mai par le ministre de la culture, Franck Riester.

Les instances chargées de récolter les dons sont le Centre des Monuments Nationaux, la Fondation Notre-Dame, la Fondation du Patrimoine et la Fondation de France.

Les familles Pinault, Arnault (propriétaire de LVMH) et Bettencourt, premier actionnaire de L’Oréal, ont promis des contributions allant de 100 millions à 200 millions d’euros.

Source: Reuters

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici