Procès de Moscou du Français Philippe Delpal, prisonnier à cause d’un oligarque russe proche du pouvoir

Le procès de Moscou/DR
Le procès de Moscou/DR

Incarcéré pour “escroquerie” depuis le 14 février dernier, le Français Philippe Delpal, associé du fonds d’investissement Baring Vostok, va devoir rester derrière les barreaux, au moins jusqu’au 13 octobre prochain à cause d’une justice aux ordre du pouvoir.

Faire des affaires en Russie est risqué, on le sait, surtout si l’entreprise co-fondée avec un oligarque russe marche bien et attire ses convoitises au point qu’il ne s’embarrasse pas d’utiliser ses relations avec l’Etat pour voler l’entreprise de ses anciens collaborateurs.

C’est toute l’histoire de ce banquier français, Philippe Delpal incarcéré depuis six mois dans une cellule VIP de la sinistre prison de Lefortovo. Apeurée, la communauté d’affaires hexagonale à Moscou ne défend plus celui qui fut l’un de ses membres les plus éminents.

Ancien dirigeant de la BNP et de la Société générale dans le pays, et directeur financier du plus célèbre fonds d’investissement occidental en Russie, inculpé pour fraude, Philippe Delpal risque jusqu’à 10 ans d’emprisonnement.

Ils sont deux Occidentaux dans le même cas. Philippe Delpal et Michael Calvey sont accusés d’avoir escroqué la banque Vostotchny à hauteur de 2,5 milliards de roubles (environ 35 millions d’euros) dont le fonds qu’ils dirigent est copropriétaire avec l’homme d’affaire, Artiom Avetissian. Arrêtés, au mois de février, par les services de sécurité russes (FSB), après une plainte déposée par ce dernier, ils nient catégoriquement leur culpabilité.

En avril, l’Américain a été assigné à résidence tandis que son associé Français voyait sa détention provisoire prolongée. La demande en résidence surveillée de Delpal est systématiquement rejeté, le tribunal invoquant des prétextes bidons.

Cette procédure n’est qu’un prétexte à la prédation d’un oligarque proche du pouvoir: “Tout le monde connaît le fond réel de cette affaire. Il ne s’agit nullement d’argent escroqué à la banque Vostochny. Ni Michael Calvey ni Philippe Delpal n’ont volé quoi que ce soit. En réalité, Artiom Avetissian, cofondateur de la banque, cherche à tout prix à en prendre le contrôle“, explique maître Varvara Knoutova, l’avocate du Français.

La presse russe indique également que M. Avetissian dispose de nombreux amis influents au sein du pouvoir, notamment Dmitri Patrouchev, ministre de l’Agriculture dont le père, Nikolaï, est secrétaire du Conseil de sécurité. “Il est possible qu’une version déformée du conflit entre MM. Avetissian et Calvey soit arrivée aux oreilles de Vladimir Poutine – via M. Patrouchev lui-même ou quelqu’un d’autre –, selon laquelle les ‘Américains’ ont eu l’insolence d’offenser les honnêtes hommes d’affaires russes”, avance une autre source anonyme.

Certaines voix françaises, comme celle de Total essaient d’intervenir auprès de Vladimir Poutine en faveur de Delpal. Mais rien n’y fait, le Français, demeure en prison, au risque de voir son cas devenir un point de fixation dans les relations franco-russes, alors qu’un “dégel politique” est annoncé.

Aujourd’hui la capitale russe bruit de rumeurs: il se dit que Artiom Avetissian s’inquièterait pour sa réputation. Il est vrai que parallèlement aux accusations d’escroquerie qu’il a portées contre MM. Calvey et Delpal, le banquier russe se trouve opposé à Baring Vostok devant la Cour d’arbitrage de Londres, au sujet du contrôle de la banque Vostotchny. Le sort de Philippe Delpal et de Michael Calvey serait d’ailleurs lié à la procédure en cours en Grande-Bretagne.

En clair: tant que l’instance arbitrale londonienne n’aura pas rendu sa décision sur le fond (attendue pour janvier ou février 2020), les deux hommes resteront détenus en Russie. “M. Avetissian veut à tout prix éviter que ses anciens associés se rendent à Londres et témoignent contre lui”, affirme Banksta. Une explication du contentieux qualifiée de “tout à fait plausible” dans le milieu bancaire russe.

Cette affaire démontre une fois de plus les risques élevés pour tous les entrepreneurs occidentaux en Russie qui peuvent perdre leur entreprise du jour au lendemain au bénéfice d’une oligarchie kleptocratique peu scrupuleuse qui agit de concert avec la complicité du pouvoir.

Source: Le Courrier de Russie

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici