Apologie du panafricanisme à l’Elysée: “Le destin de toutes les personnes noires, où qu’elles se trouvent dans le monde, est lié à l’Afrique”.

Emmanuel Macron et le président ghanéen Nana Akufo-Addo/DR
Emmanuel Macron et le président ghanéen Nana Akufo-Addo/DR

Invité à un débat avec les diasporas africaines à l’Elysée hier, le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, s’est livré à un prêche panafricaniste en présence de son hôte, Emmanuel Macron, président de la république française.

Avec ses plus d’un millions d’abonnés sur Twitter, le président du Ghana est devenu un nouveau gourou du panafricanisme et conformément à ce que les diasporas africaines attendait de lui, il a laisser libre court à son discours attendu.

Cet avocat de formation, francophile et qui a commencé sa carrière en France, avait forte impression à son homologue français lorsqu’il l’avait reçu à Accra en décembre 2017 par un discours très engagé “Nouvelle Afrique”.

Apôtre du panafricanisme il était connu pour “parler cash” et pour une première visite officielle, il n’a pas déçu devant plus de 300 personnes des diasporas africaines binationales, Français avec une ascendance africaine, étudiants, entrepreneurs, journalistes, etc…

S’adressant à (ses) frères, à (ses) sœurs de la diaspora africaine” présents dans la salle,  il a proclamer: “Il y a (…) une chose qu’il vous faut garder à l’esprit. (…) Le destin de toutes les personnes noires, où qu’elles se trouvent dans le monde, est lié à l’Afrique“. Et de poursuivre: “Une Afrique qui réussit élève le statut de tous les citoyens du monde d’origine africaine et améliorent la façon dont vous êtes perçus, dont on vous regarde.

Ce genre de plaidoyer aux racines et à l’appartenance d’une communauté raciale est plutôt inhabituel, mais cela n’a pas fait bondir Emmanuel Macron, et on peut donc se demander quelle aurait été sa réaction si le président d’un autre pays aurait fait le même genre d’annonce s’adressant à “ses frères et soeurs blanches” unis dans un même destin…

Une vision panafricaniste à laquelle le président français emboîtait le pas: “Les diasporas ont un rôle important. Elles sont nos meilleurs ambassadeurs pour dire comment la France peut mieux travailler avec l’Afrique.

La pensée complexe d’Emmanuel Macron est ici résumée par le camarade de promotion de l’ENA du chef de l’Etat, le Franco-Béninois Jules-Armand Aniambossou, qui vient d’être nommé ambassadeur de France en Ouganda: “l’idée est de parler de l’Afrique aux Français“. Etonnant, et quoi de plus concret que des exemples de personnalités, comme Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, d’origine sénégalaise, longuement applaudie par la salle et citée en exemple de réussite par le président de la République.

Un hymne à la jeunesse africaine en France: “J’ai besoin de vous” appelle Emmanuel Macron, qui imprime le débat par ces mots: “les jeunes, les tabous, les diasporas“. “Cette avant-garde que vous êtes, j’en ai besoin pour réussir“, a-t-il déclaré à l’assemblée qui comptait plusieurs célébrités, tels l’ex-footballeur Lilian Thuram reconverti dans la victimisation, le rappeur islamiste Abd al Malik, l’animatrice Hapsatou Sy, Youssouf Fofana, le créateur de mode pas le chef du gang des barbares, et le meilleur sommelier de France, le Franco-Congolais Albert Malongo Ngimbi.

La France et l’Afrique, c’est toute une histoire, elle nous dépasse, mais je sais surtout que l’Afrique est un continent jeune et, avec les membres du Conseil présidentiel pour l’Afrique, nous voulons prendre un nouveau pli. La France doit penser un nouveau pivot qui s’appuiera sur la jeunesse, avance Macron. Repenser différemment les choses, sur les plans culturel, sportif, revenir sur des tabous, comme le franc CFA, l’art, comme nous l’avons fait avec les restitutions, la langue. La France n’a pas à seulement regarder les pays francophones“, a expliqué le président.

Enfin, Emmanuel Macron avoue: “si la France ne se réconcilie pas avec l’Afrique, la France ne pourra pas se réconcilier avec elle-même“. Une façon détournée de reconnaître finalement que la France est bel et bien devenue l’Afrique.

Source : Francetvinfo, Le Point

6 Commentaires

  1. […] personnes noires, où qu’elles se trouvent dans le monde, est lié à l’Afrique”, avait déclaré à l’Élysée, le 11 juillet 2019, Nana Akufo-Addo, le président du Ghana, véritable gourou du panafricanisme, dont la stratégie est de s’appuyer sur les Noirs du […]

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici