Un squat peuplé d’une centaine d’immigrés clandestins évacué à Caën. La préfecture les reloge à l’hôtel

Squat dans une ancienne maison de retraite à Caen/DR
Squat dans une ancienne maison de retraite à Caen/DR

Les forces de l’ordre ont procédé, ce jeudi 11 juillet, à l’évacuation du squat situé rue René-Duchez, à Caen. Cette ancienne maison de retraite était occupée illégalement, depuis le 8 septembre 2018, par des immigrés clandestins originaires de Géorgie, Mongolie, Albanie , du Bangladesh et du Nigéria.

Une centaine de personnes, soutenues activement par les associations d’extrême-gauche d eCaen, vivaient dans ce squat, en sursis depuis un avis d’expulsion en date du 15 novembre 2018, autorisant l’expulsion des occupants à l’issue de la trêve hivernale.

Comme le prévoit la loi, le propriétaire du bâtiment squatté a sollicité le recours à la force publique auprès de la préfecture. Ce jeudi 11 juillet, à partir de 8 h 15, la police a procédé à l’évacuation.

Les occupants à charge d’enfant vont être relogés à titre provisoire à l’hôtel, au frais du contribuable. Les hommes seuls, eux, vont se retrouver à la rue. La plupart sont dans l’illégalité, ayant déjà épuisé tous les recours de demande d’asile.

La préfecture précise en effet que “86 % de ces ressortissants étrangers sont déboutés du droit d’asile“. Une seule famille est prise en charge au titre des demandeurs d’asile.

Le préfet du Calvados affirme dans un communiqué avoir “constaté la dégradation forte des locaux indûment occupés et les risques incendie dans la structure“. En clair, les squatteurs ont vandalisé cette ancienne maison de retraite.

Source: Ouest-France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici