Barbie toujours plus inclusive! La voilà noire en fauteuil roulant

Barbie/©Twitter
Barbie/©Twitter

Toujours plus ridicule et plus poussif que jamais dans l’acharnement contre les “stéréotypes”, l’iconique poupée Barbie, blanche, hétéro, cis-genre, mince, blonde aux yeux bleus doit laisser sa place à un nouveau modèle une poupée noire et en fauteuil roulant pour la seule joie des “déconstructivistes” dégénérés.

Barbie c’est 60 ans de règne de l’incarnation de la féminité pour toutes les petites filles du monde, et même difficilement avoué, pour les petits garçons… 60 années seulement car la révolution est en marche, la lutte finale contre les “stéréotypes” franchit un nouveau palier et l’ancien modèle est sacrifié sur l’autel de “l’inclusivité”.

60 ans de trop pour les nouveaux Torquemada… La célèbre poupée blanche représente tout ce que le régressisme en vogue déteste. Trop jolie, trop mince, trop grande, trop hétéro, trop blonde, trop valide, et surtout trop blanche. Une chose insupportable a l’heure du diktat du relativisme et de l’enlaidissement du monde. Ah, tout le monde est beau, autrement dit plus personne ne l’est.

C’est dans une interview pour “Teen Vogue” que la la vice-présidente de Mattel, Kim Culmone a indiqué qu’un “fauteuil roulant ou une poupée dans un fauteuil roulant était l’un des articles les plus demandés par les consommateurs et consommatrices. Et il est important pour nous de les écouter“.

Une Barbie en fauteuil roulant qui était déjà apparu en 1998, mais ce n’est jamais assez: être handicapé, pardon invalide, pardon être comme tout le monde mais dans un fauteuil n’est pas suffisant. Il faut que Barbie soit noire, c’est un impératif !

Ce culte de la diversité, a déjà fait des siennes. Mattel a déjà lancé en ce début d’année toute une panoplie de Barbie aux formes, à la taille, à l’handicap et à la couleur de peau différents. Il faut représenter toutes les femmes, c’est le nouveau mot d’ordre.

Mais le but avoué est celui de détruire, d’anéantir l’essence même de Barbie, un stéréotype. Et quoi de mieux pour détruire un stéréotype que d’autres stéréotypes ? Car si Barbie est un stéréotype avoué, la Barbie inclusive en est un inavoué, et s’il faut juger le ridicule du stéréotype, la Barbie noire en fauteuil roulant, plate, cul-de-jatte, borgne, manchot, et voilée est un modèle bien plus risible que l’archétype de la blondinette américaine.

Surtout que cette folie est sans fin, Barbie est maintenant noire et en fauteuil roulant, mais ce n’est toujours pas assez “inclusif”: son tour de taille est grossophobe, et puis Barbie est aussi transphobe, elle reste femme, en conclusion la nouvelle Barbie devra porter la barbe.

Et pourquoi pas après tout? Que Barbie se décline sous toutes ses formes, il appartiendra au consommateur, ou plus exactement aux consommatrices, de décider si elle veulent de cette nouvelle Barbie. Mattel est libre de la commercialiser, les petites filles ne sont pas encore obligées de jouer avec…

Source : MSN

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici