Incroyable! Le Premier ministre Mitsotakis fait des baisses d’impôts sa priorité

Kyriakos Mitsotakis/DR
Kyriakos Mitsotakis/DR

Déterminé à relancer la croissance, le nouveau chef de gouvernement grec a confirmé mercredi qu’il appliquera son programme de baisse des impôts. Il a dressé une liste de ses priorités.

A l’issue de la première réunion de son cabinet ce mercredi 10 février, le nouveau Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a pris la décision de soumettre au Parlement un projet de loi sur les baisses d’impôts.

Fidèle à son argument de campagne, Kyriakos Mitsotakis, leader du parti conservateur victorieux avait tout axé autour des baisses d’impôts, pour relancer la croissance. Il promet notamment de réduire l’impôt sur les sociétés et l’impôt sur le revenu.

Et, il faut croire que les arguments ont porté leurs fruits, le chef de file du parti conservateur Nouvelle Démocratie (ND) a remporté dimanche les élections législatives avec 39,85% des voix contre 31,53% au parti de gauche Syriza du Premier ministre sortant Alexis Tsipras. Il a prêté serment lundi.

La baisse des impôts étaient au cœur de sa campagne elle sera au cœur de son action. Dont il a détaillé le plan, avec ses priorités aujourd’hui lors de son premier conseil des ministres.

Fort de sa victoire il devra se montrer à la hauteur de l’enjeu : “Je serai le premier a être évalué par le peuple” a déclaré le chef du gouvernement à ses 50 ministres et secrétaires d’État. L’exemplarité semble être au centre de sa politique, les ministres ont reçu des instructions strictes pour éviter tout conflit d’intérêts. Ils auront notamment interdiction de recruter des parents au premier ou deuxième degré ou de cumuler leurs fonctions avec un autre emploi. Des mesures dont il serait bon de s’inspirer, en France…

Le gouvernement devrait fonctionner comme une machine bien réglée” a dit cet ancien banquier de 51 ans, formé à Harvard. “Nous devons construire des ponts, pas des murs” dit-il se déclarant constructif, préconisant des alliances ou des accords de coopération avec les autres partis politiques, en dépit de la majorité relativement confortable dont disposera son parti Nouvelle Démocratie au parlement (158 sièges sur 300).

La Grèce qui semblait être dans une impasse après une crise économique et sociale terrible, semble vouloir retrouver le chemin de la richesse et de la lucidité en portant au pouvoir un homme qui promet de baisser les impôts et de permettre aux grecs de pouvoir vivre de leur travail. Les Français seraient bien avisés de puiser leurs solutions dans cette philosophie grecque.

Source : Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici